"Baby Sitting" : du Michaël Youn sans Michaël Youn

Par @Culturebox
Mis à jour le 13/04/2014 à 14H09, publié le 13/04/2014 à 09H00
"Baby Sitting" : Frank (Philippe Lacheau) subit une séance de Surra de Bunda

"Baby Sitting" : Frank (Philippe Lacheau) subit une séance de Surra de Bunda

© Universal Pictures International France

Un "Very Bad Trip" à la française ? C'est ce que visaient Philippe Lacheau et Nicolas Benamou pour leur "Baby sitting". Si le film contient quelques séquences délirantes, leur volonté de jouer la carte de la comédie familiale le ralentit et le banalise.

Comédie française de Philippe Lacheau et Nicolas Benamou – avec Philippe Lacheau, Alice David, Vincent Desagnat, Tarek Boudali, Julien Arruti, Gérard Jugnot, Clotilde Courau et Philippe Duquesne - Durée : 1h25 – Sortie : 16 avril 2014

Synopsis : Faute de baby-sitter pour le week-end, Marc Schaudel confie son fils Remy à Franck, son employé, "un type sérieux" selon lui. Sauf que Franck a 30 ans ce soir et que Rémy est un sale gosse capricieux. Au petit matin, Marc et sa femme Claire sont réveillés par un appel de la police. Rémy et Franck ont disparu ! Au milieu de leur maison saccagée, la police a retrouvé une caméra. Marc et Claire découvrent hallucinés les images tournées pendant la soirée.
Marier comédie familiale et "film de teuf", c'est ce que Lacheau et Benamou ont tenté de faire, en ciblant le public qui se régale des "Very bad trip". Leur "Baby Sitting" s'inscrit dans le genre du "found footage" : des images supposées avoir été tournées par un amateur constituent le coeur du film (à l'instar de "Paranormal Activity" et de ses nombreux dérivés). Et pour rester dans les anglicismes marketing, ses producteurs le présentent comme un "Fell-Good Movie", un de ces "films qui rendent heureux"….

Un découpage scénaristique assez malin justifie cette alternance entre les tournages classiques et les plans-séquences de la mini-caméra embarquée.
Tarek Boudali, Enzo Tomasini et Alice David dans "Baby Sitting" © Universal Pictures International France
Même s'il n'est pas impliqué dans le projet, l'ombre de Michaël Youn flotte en permanence sur "Baby Sitting" : le thème rappelle l'une des séquences des "11 commandements", Vincent Desagnat est l'un des compagnons de route de Youn, et le co-réalisateur Nicolas Benamou a longtemps travaillé avec lui sur le Morning Live (M6), Fatal Bazooka et la plupart de ses films. On se dit d'ailleurs que sa présence aurait sans doute donné au casting le peps qui lui manque.
Baby Sitting : Enzo Tomasini, Gérard Jugnot et Clotilde Courau © Universal Pictures International France
Le résultat est forcément hybride et très inégal, à l'image de sa distribution peu homogène. "Baby Sitting" contient quelques scènes délirantes et franchement drôles. Mais il est, en permanence, rattrapé et édulcoré par la comédie. Jusqu'à une fin dégoulinante de consensualisme, digne des téléfilms les plus conventionnels.

Reportage : M-J. Jouan, V. Roussel, S. Langlais, J. Pires