Avec "Hôtel Woodstock", Ang Lee filme la flower power vue de l'intérieur

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 13H39, publié le 22/09/2009 à 09H36
Avec "Hôtel Woodstock", Ang Lee filme la flower power vue de l'intérieur

Avec "Hôtel Woodstock", Ang Lee filme la flower power vue de l'intérieur

© Culturebox

Il y a 40 ans avait lieu le concert du siècle, à Woodstock. Cet anniversaire a inspiré le taiwanais, Ang Lee. Son film, "Hôtel Woodstock", sort mercredi 23 septembre sur les écrans. Le réalisateur a choisi de s'attarder sur les coulisses du légendaire festival en s'appuyant sur le personnage réel d'Eliott Tiber, l'homme qui allait devenir un peu malgré lui, l'instigateur de cet évènement historique qui rassembla 500 000 personnes dans une petite ville de l'état de New-York.
 
Raconter les coulisses de Woodstock, replonger le spectateur dans la période hippie,  il fallait oser car nombreux sont les clichés qui vont de pair avec cet évènement : libération sexuelle, usage des stupéfiants, discours Peace and Love un peu naïf... Heureusement pour nous, c'est Ang Lee qui a choisi de traiter le sujet. Le réalisateur a prouvé par le passé qu'il savait aborder avec une infinie pudeur et beaucoup de finesse des sujets délicats, comme l'homosexualité dans  "Brokeback Mountain", les relations enfants-parents dans "Ice storm", la passion dans "Lust caution". Bien sûr, "Hôtel Woodstock" est une comédie mais cela demande tout autant de talent pour ne pas tomber dans les lieux communs. Ceux qui attendent un film musical seront déçus mais de ce côté là aussi, Ang Lee nous a épargné les faux Bob Dylan ou Janis Joplin. Mais ils pourront se faire plaisir  en se replongeant dans les "vraies" images de 1969 et surtout dans les concerts, avec le film de l'américain Michael Wadleigh, sorti en 1970. Il fut primé la même année par un Oscar dans la catégorie documentaire. Le film fut en effet tourné pendant le festival de Woodstock et raconte tout autant les préparatifs que l'ambiance et bien sur les concerts de Jimi Hendrix, Janis Joplin et Joe Cocker

La critique du film sur france3.fr

"Quarante ans après Woodstock..." sur Culturebox