Annie Girardot : sa maladie et les derniers rôles de sa vie

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 13H39, publié le 01/03/2011 à 10H05
Annie Girardot : sa maladie et les derniers rôles de sa vie

Annie Girardot : sa maladie et les derniers rôles de sa vie

© Culturebox

Annie Girardot, décédée le 28 février 2011 à l'âge de 79 ans, était devenue malgré elle, le visage de la maladie d'Alzheimer. Un mal terrible, que l'immense comédienne n'a jamais caché. Au contraire, elle a choisi d'en parler et de l'afficher pour briser un tabou. En 2006, sa fille, Giulia Salvatori s'était confiée à Paris-Match. Dans cette interview, elle racontait comment elle avait repéré les premiers signes de la maladie. Le documentaire "Ainsi va la vie" tourné par Nicolas Baulieu montre le quotidien d'Annie Girardot dont la mémoire est de plus en plus capricieuse. Annie Girardot, qui avait déjà oublié avoir été l'actrice aux trois César, avaient d'ailleurs déclaré : "Les films que j'ai tournés, les hommes que j'ai aimés, c'est la belle histoire de ma vie... Sauf que maintenant vous la connaissez mieux que moi".

Annie Girardot avait fait ses débuts au cinéma en 1955 dans "Treize à table" d'André Hunebelle. Mais c'est "Rocco et ses frères" de Visconti (1960) qui lance véritablement sa carrière. Jouant beaucoup, elle alterne grands rôles et films médiocres jusqu'au début des années 80. Elle se consacre alors au théâtre et participe à quelques tournages de feuilletons et téléfilms. En 1977, elle est couronnée par le César de la meilleure actrice pour son rôle dans "Docteur Françoise Gailland" puis, en 1996, par le  César du meilleur second rôle dans "Les Misérables" de Claude Lelouch, un prix qu'elle reçoit avec beaucoup d'émotion, après avoir été longtemps boudée par la profession. Elle reçoit à nouveau un César, en  2002 pour "La pianiste" de Michael Haneke . La même année, le Molière de la meilleure comédienne lui est décerné pour "Madame Marguerite".

- A voir aussi sur Culturebox :

- J'ai-oublié-de-te-dire-la-belle-amitié-entre-Omar-Sharif-et-Emilie-Dequenne