"Le Chat Potté" : un chat averti en vaut... trois

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 30/11/2011 à 15H31
Le Chat Potté, Chris Miller (II)

Le Chat Potté, Chris Miller (II)

© Paramount Pictures France

Film d'animation de Chris Miller (II) (Etats-Unis), avec les voix d'Antonio Banderas, Salma Hayek (V.O.), Boris Rehlinger, Virginie Efira (V. F.) - 1h30 - Sortie : 30 novembre

Le Chat Potté, redoutable lame et amant, s'embarque avec la ravissante et rusée Kitty Pattes de Velours, en quête de la poule aux oeufs d'or...

Film d'animation de Chris Miller (II) (Etats-Unis), avec les voix d'Anonio Bandeas, Salma Hayek (VO) ; Boris Rehlinger, Virginie Efira (VF) - 1h30 - Sortie : 30 novembre   Lire la critique

Tout pour plaire
Personnage secondaire de "Shrek 2" et 3, le Chat Potté s’est d'emblée imposé comme un personnage phare de la série. Il était naturel que Dreamworks lui consacre un film à part entière qui porte son nom : chapeau.

Irrévérencieux, indépendant, culoté, charmeur, égocentrique et distrait, le Chat Potté a tout de ce que l’on aime chez les chats, l’animal de compagnie favori au monde, devant les chiens. Avatar du "Chat Botté" de Perrault, passé à la moulinette Dreamwoks, le studio a trouvé, dans la série "Shrek", le filon de dévier les récits de notre enfance. Le charme opère.

Dès "Shrek 2", le Chat Potté s’est imposé par son caractère, en cela redevable pour beaucoup à la voix d’Antonio Banderas (en V.O.) qui depuis ne l’a plus quitté : on s’attache. Aujourd’hui héros d’un film qui lui est consacré, il est l’objet d’un "prequel", forme narrative américaine coutumière, consistant à raconter les origines d’un personnage qui s’est imposé au public.

"Le Chat Potté" de Chris Miller (II)

"Le Chat Potté" de Chris Miller (II)

© Paramount Pictures France

Cocktail féérique
Le succès entraîne le succès, c’est bien connu. Et au "Chat Potté" de prendre la tête du box-office américain, avant la France, qui l’adoptera sans doute comme principal film d’animation des fêtes de fin d’année, malgré la concurrence des quatre autres films du crus programmés d’ici janvier.

Affublé ici d’une compagne non moins indépendante, porteuse d’un message féministe ("Raiponce" est passée par là), "Le Chat Potté" est plaisant à voir avec un relief efficace. Le film invite également Eggman, personnage féerique moins connu en France que dans les pays anglo-saxons, ainsi que les contes du haricot magique et de la Poule aux œufs d’or. Un cocktail made in Dreamwork.

Drôle et divertissant, le Chat Potté a toutefois perdu depuis "Shrek 3" une part de l’irrévérence auquel son succès est redevable. Un savant calcul des scénaristes qui ne pouvaient pas laisser en reste ou choquer le jeune public, sinon les parents qui emmènent  les enfants au cinéma. Il en garde toutefois de beaux restes, même s’ils sont édulcorés.