2011 confirme la love story entre les Français et le cinéma

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 29/12/2011 à 16H38
"Intouchables", le succès surprise de l'année 2011

"Intouchables", le succès surprise de l'année 2011

© Gaumont Distribution

La fin de l'année arrive et avec elle, l'heure des bilans. Côté cinéma, 2011 aura été une année record avec près de 215 millions d'entrées dans les salles. Et dans cette embellie cinématographique, les films français tirent très bien leur épingle du jeu. Retour sur douze mois riches en bons films, en déceptions et en surprises.

On a le droit de temps en temps de pousser son petit "Cocorico". Ne nous en privons pas, surtout quand il s'agit de cinéma. Car dans ces bons résultats de fréquentation des salles de cinéma, une bonne part revient aux films français qui ont été nombreux (263 films produits en 2011) soit une part de marché qui atteint 39% contre 35% en 2010. Le cinéma américain reste majoritaire avec 47% PDM mais sa progression annuelle n'est que de 2%. Le public rajeunit, l'effet 3D attire les 16-19 ans qui sont 95% à avoir vu un film en 2011.

Mais ces très bons résultats ne doivent pas faire oublier que tout n'est pas rose au pays du 7e art. Comme l'explique le critique de cinéma Jean-Michel Frodon, dans un article publié sur Slate.fr, cette année record cache aussi des situations dramatiques notamment dans le secteur des industries techniques. Exemple le plus concret : la faillite du groupe Quinta, chargé des travaux de finition des films. En cause, l'arrivée du numérique dans les salles qui provoque une baisse des activités photochimiques.  Ce sont d'abord des centaines d'emplois qui sont menacés puis la sortie de certains films comme "Astérix 4", "La vérité si je mens 3" ou "Holly Motors", le nouveau film de Léos Carax. Une réunion est prévue le 9 janvier prochain au Centre National de la Cinématographie pour étudier la situation.

Alain Chabat, Lambert Wilson, Djamel Debbouze dans "Sur la piste du Marsupilami"

Alain Chabat, Lambert Wilson, Djamel Debbouze dans "Sur la piste du Marsupilami"

© Pathé Distribution
Un début d'année diffcile donc pour certains.  Mais tous les espoirs sont permis pour que ce regain d'amour pour les salles obscures se poursuive. Plusieurs films sont attendus comme "Clo-Clo", la biographie de Claude François, et "Le Marsupilami" d'Alain Chabat. Mais au delà de ces grosses productions, on aimerait encore avoir de belles surprises comme le furent "Intouchables" ou "La guerre est déclarée". La magie du cinéma, c'est aussi cela.