Alix est-il un collabo ?

Dans son dernier album, Alix, bien que né Gaulois, part avec César à la conquête d’un pays celte, l’île de Britannia. Une épopée où des chefs gaulois insoumis seront emprisonnés et tués. Traîtrise, collusion avec l’ennemi ? Le point de vue du scénariste Mathieu Bréda.

Que penser d’un jeune homme qui devient conseiller du chef militaire ayant envahi son pays ? En prenant pour référence une période sombre de notre histoire, Alix serait un collabo. Dans Britannia de Marc Jailloux (dessin et scénario) et Mathieu Bréda (scénario), Jules César utilise sans ménagement des chefs gaulois qu’il détient prisonniers pour conquérir la Grande-Bretagne.

Les auteurs de Britannia lors de leur exposition à la galerie Oblique à Paris. De gauche à droite, Mathieu Bréda (scénario), Corinne Billon (couleurs) et Marc Jailloux (scénario et dessin). Photo © Francis Forget, juin 2014.

Les auteurs de Britannia lors de leur exposition à la galerie Oblique à Paris. De gauche à droite, Mathieu Bréda (scénario), Corinne Billon (couleurs) et Marc Jailloux (scénario et dessin). Photo © Francis Forget, juin 2014.

Le héros un peu lisse créé par Jacques Martin prendrait-il le visage du traître, du salaud dans Britannia ?

En poussant assez loin et en adoptant le point de vue des chefs gaulois prisonniers, Alix est un traitre. D’ailleurs ces chefs se demandent dans Britannia ce que fait un Celte avec les Romains. Mais Alix n’est pas un collabo car sa culture, son histoire fait de lui un Romain à part entière. Il est né Gaulois et a été adopté très jeune par un riche Romain. Sa position est très claire, il est devenu 100% romain. Et puis l’idée de nation n’existait pas à l’époque. On parle de guerre des Gaules et non de la Gaule. Des Gaulois ont d’ailleurs combattu auprès des Romains dans cette guerre.

Vous semblez quand même donner une lecture plus contrastée, plus ambiguë de l’univers d’Alix ?

Nous avons adopté une vision plus moderne de l’Histoire. Nous voulions quitter le côté manichéen d’une Rome civilisatrice, la vision d’une Antiquité dorée avec de gentils Romains. Le héros se pose des questions et fait face à des situations peut-être plus nuancées. Des civilisations ont été anéanties et beaucoup de gens sont morts pendant cette période.

Alix Britannia 2

Plus sombre est aussi le personnage de Jules César, dépeint comme un chef cupide et manipulateur…

La Guerre des Gaules a pour objectif de remplir les coffres de Jules César. Il a besoin de richesse pour assoir son pouvoir à Rome. Une avidité qui va même le pousser à commettre des erreurs. D’ailleurs Alix, qui s’est laissé convaincre et embarquer dans cette conquête, le perçoit bien. Nous avons un peu forcé le trait mais nous voulions montrer que cette guerre était pécuniaire avec des personnages ayant leurs propres motivations.

Alix Britannia

Comme pour souligner la position délicate du héros, les éditions Casterman ont fait suivre la sortie du nouvel album d’Alix d’un spin-off historique, Alix raconte, sur la bataille d’Alésia. Alix n’apparaît pas dans le récit. Sans pitié aucune, il est contraint par son éditeur à prêter son nom pour retracer la cuisante défaite de Vercingétorix face à Jules César en 52 avant Jésus-Christ. Avec Pascal Davoz au scénario et Willow au dessin. Editeurs et auteurs semblent s’entendre pour jouer de l’ambiguïté gallo-romaine du personnage.

 

Alix Britannia couv2Alix, Britannia, tome 33. Jailloux, Bréda & Martin / Editions Casterman. 11 €.

Alix raconte Alésia. Willow, Davoz & Martin / Editions Casterman. 13 €.

  • Gergovie

    "Sans pitié aucune, il est contraint par son éditeur à prêter son nom pour retracer la cuisante défaite de Vercingétorix face à Jules César en 52 avant Jésus-Christ."

    Alésia ? Connais pas, Alésia ! J'étais à Gergovie, moi, monsieur !

  • alix mag

    Un peu dur votre titre... car il n'y avait pas de nation gauloise à l'époque de César! Jacques Martin écrivait à ce sujet dans "Avec Alix": "Les tribus celtiques ne cessaient de se combattre entre elles. Il faut se souvenir que c'était certaines de ces tribus qui avaient demandé à César de venir les aider à repousser les Germains, eux-mêmes sollicités par d'autres tribus gauloise pour lutter contre les premières. A force de nous seriner "nos ancêtres les gaulois", on a voulu faire croire que la France serait née avec Vercingétorix. c'est faux: le sentiment de l'unité nationale est né avec Jeanne d'Arc. On a fait de Vercingétorix un symbole du nationalisme. On s'en est servi comme d'un oriflamme, parce que ça servait telle ou telle cause politique. Or, si Vercingétorix avait pu rassembler tous les Gaulois, César, qui ne disposait que de15.000 hommes, eut été balayé. La vérité, c'est que face aux Romains qui étaient la discipline même, les Gaulois se présentèrent en ordre dispersé.

    Alix n'a pas de patrie. C'est un internationaliste."

    • Francis Forget

      Internationaliste dans le sens romain du terme alors ! Alix se range toujours, in fine, du côté de César. Je crois qu'Alix s'est découvert romain. D'ailleurs, ne finit-il pas sénateur dans la nouvelle série Alix Senator de Mangin et Démarez ?

  • Pingback: Alix est-il un collabo ? | Bibliothèque ...()

  • Pingback: Alix est-il un collabo ? | Ressources pour la c...()

  • http://monalisa.hautetfort.com Lisa

    "Editeurs et auteurs semblent s’entendre pour jouer de l’ambiguïté gallo-romaine du personnage." Vous prêtez, je crois, des intentions aux éditeurs (et aux auteurs), qui ne sont pas les leurs. En effet, le livre de Dalloz et Willow devait sortir dans une autre collection, et "Alix raconte" a également permis à Alix de "raconter" Cléopâtre, Néron et... Alexandre le Grand. Des personnages historiques appartenant à des époques totalement différentes. Si Alix est contemporain de Cléopâtre, il ne l'est évidemment pas de Néron, né Lucius Domitius Ahenobarbus le 15 décembre 37 et mort le 9/11 juin 68, pas plus que d'Alexandre (né le 21 juillet 356 av. J.-C. à Pella, mort le 11 juin 323 av. J.-C. à Babylone). En outre, dans ses "Voyages", Alix a pu rencontrer des Vikings, des Incas, des Mayas, des Etrusques... Les époques se télescopent dans l'Univers d'Alix, sans aucun souci de crédibilité historique, et les approximations y sont nombreuses. Pour l'éditeur, Alix est surtout un label qui fait vendre. Jadis, les albums des "Voyages d'Alix" sur la Grèce et l'Egypte étaient des "Voyages d'Orion", du nom d'un autre personnage de Martin, contemporain de... Socrate ! Pour les rééditions de ces volumes, Orion a été simplement remplacé par Alix dans les dessins. Pour l'Histoire, on repassera !

  • Pingback: Alix est-il un collabo ? | Arrête ton char()

  • Octone

    je me pose des questions sur l'intérêt de cette manie qui consiste à reprendre des séries en collant, au plus proche, au trait de l'original (Alix, Blake et mortimer, Asterix, etc.)
    quid de la création visuelle? qui est le moteur principal de la bande-dessinée. Quand je regarde ce que font les éditions Dupuis en "offrant" Spirou à une variété de dessinateurs et lui donnant ainsi une nouvelle jeunesse… Jacques Martin est mort depuis 6 ans, la meilleure réincarnation qu'on pourrait apporter à Alix est bien de lui donner un nouveau visage…

    Sinon, j'ai toujours trouvé qu'Alix était effectivement un collabo geignard un peu trop attiré les jeunes garçons … :)