Tous mécènes : le succès grandissant du financement participatif

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 28/07/2014 à 17H37
Les travaux de restauration du Panthéon ont eux aussi été soumis au financement participatif.

Les travaux de restauration du Panthéon ont eux aussi été soumis au financement participatif.

© Gardel / Hemis.fr

Promouvoir un artiste, aider à la restauration d'un monument, participer à l'acquisition d'une oeuvre... Ce sont autant de possibilités qu'offre le mécénat populaire. Depuis quelques années, ce type de financement participatif prend de l'essor en France grâce à des pionniers tels que My Major Company.

Reportage : C.Airaud / C.Cormery / J.Pires
15 février 2008. Un jeune chanteur du nom de Grégoire atteint les 70 000 euros de dons sur le site My Major Company : son album va pouvoir être produit. Il est le premier artiste en France à bénéficier du financement participatif. Depuis ce premier succès le mécénat populaire n'a cessé de se développer. Des chanteurs (Grégoire, Joyce Jonathan, Irma...) mais aussi des auteurs (Elena Klein, Erik Wietzel, Xavier Muller...) ont vu leur carrière décoller grâce à la confiance que des milliers d'internautes ont placée en eux.

Le mécénat populaire à la sauvegarde du patrimoine

Il suffit de se rendre sur internet pour voir l'ampleur qu'a pris le phénomène. De nombreuses fondations ou plateformes de financement proposent de devenir mécènes pour des projets aussi divers que variés. De la participation à la restauration d'une église à l'acquisition de toiles de grands maîtres pour un musée (comme ce fut le cas pour "Le chêne de Flagey" de Gustave Courbet), les moyens ne manquent pas de participer à la grandeur de notre patrimoine culturel et architectural. 
Mars 2013 : "Le Chêne de Flagey" de Gustave Coubet est racheté en partie grâce aux dons de particuliers.

Mars 2013 : "Le Chêne de Flagey" de Gustave Coubet est racheté en partie grâce aux dons de particuliers.

© Photopqr / L'Est Républicain
Un réel impact économique

L'une des sociétés pionnières en la matière reste My Major Company qui, au premier trimestre 2014, a récolté près de 65 millions d'euros tous projets confondus. Une manne qui profite aux artistes, à la préservation du patrimoine mais aussi à l'économie toute entière. Chaque année ce sont en effet des milliers de personnes qui participent aux chantiers financés par le mécénat populaire.