Un canular sur Banksy se propage sur la toile

Par @Nijikid Journaliste, responsable de la rubrique Rock-Electro-Rap de Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 20/10/2014 à 19H19
Une des oeuvres récentes de Banksy.

Une des oeuvres récentes de Banksy.

© http://banksy.co.uk/

Une rumeur propagée par un site spécialiste des "hoax" (canulars) a mis internet en ébullition lundi : Banksy aurait été arrêté à Londres. Et surtout, l'identité de ce street-artist qui cache soigneusement son nom et son visage, aurait été révélée. N'en croyez rien.

Lundi après-midi, plus d'un million de personnes avaient partagé la fausse information du site National Report (un site satirique américain, équivalent du Gorafi en France) et continuaient de propager la rumeur à toute allure sur le web. Il faut dire que Banksy est non seulement le street-artist le plus connu au monde (malgré le mystère de son identité) mais aussi la personnalité de l'année sur internet.

Afin de mettre un terme à cette fausse rumeur, Joe Brook, la représentante officielle de Banksy, a démenti formellement l'information au journal "The Independant".
Le canular sur Banksy du National Report 20 octobre 2014.

Le canular sur Banksy du National Report 20 octobre 2014.

© Saisie écran
De la fausse monnaie dans son atelier ! (rires)

Le faux article du National Report, prétend que Banksy a été arrêté à Londres et placé en garde à vue pour "vandalisme, complot, racket et contrefaçon". Car comme si cela ne suffisait pas, l'article au ton satirique assure que lors d'une perquisition à son atelier londonien, des "milliers de dollars en fausse monnaie ainsi que des plans pour de futurs actes de vandalisme" auraient été découverts. De quoi commencer à flairer la grosse supercherie. 

Les policiers auraient également mis la main sur ses papiers d'identité, est-il écrit. Banksy s'appelerait Paul Horner et serait originaire de Liverpool, ajoute le site satirique en publiant la photo d'un homme une trentaine d'années. On comprend que des centaines de milliers de personnes se soient laissées prendre puisque le site a même poussé le vice jusqu'à publier une vidéo bidon sur la supposée arrestation.

Comme le souligne The Independant, un rapide tour d'internet permet de voir que les éléments de ce canular avaient déjà été publiés en 2013 sur un autre site de hoax, PRLog. Bref, c'était pour rire.