"Small is Big" : hommage d'un street artiste aux protestataires du monde entier

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 30/04/2014 à 11H29
Les portraits de protestataires réalisés pour le projet "Small is Big"

Les portraits de protestataires réalisés pour le projet "Small is Big"

© Mahn Kloix

Ils sont blogueurs, journalistes, étudiants, policiers, mères de famille ou simples citoyens et ont marqué les mouvements de protestation dans leur pays. L’artiste marseillais Mahn Kloix a décidé de leur rendre hommage avec "Small is Big", un projet de street art où leurs portraits seront collés sur les lieux-mêmes des manifestations. Un projet pour lequel l’artiste fait appel aux internautes.

Reportage : E.Mathieu, E.Zini, A.Despretz

En 2011, le Time élisait les protestataires « Personnes de l’année ». Le magazine américain avait mandaté le photographe Peter Hapak pour qu’il réalise une série de portraits d’acteurs de ces mouvements de contestation tels que le Printemps arabe en Tunisie et la révolution en Egypte, où les peuples manifestaient pour le départ des dictateurs qui les dirigeaient. Mais aussi le mouvement du 15 mai en Espagne, celui des indignés en Grèce, Occupy Wall Street et Occupy Oakland où les gens manifestaient contre les politiques d’austérité face à la crise et contre les abus du capitalisme financier.  

Small is Big 2 © DR

Ce sont ces portraits, une cinquantaine en tout, que Mahn Kloix a décidé, avec l’accord du photographe et des protestataires, de réaliser à l’encre puis d'imprimer en grand format.  

Appel au financement participatif

 
Si son projet est financé par les utilisateurs via la plateforme KissKissBankBank, Mahn Kloix partira coller ses portraits dans la rue, là où tout a commencé, à Tunis, Madrid, Athènes, New York et Oakland.


S’il récolte suffisamment d’argent, Mahn Kloix envisage également de tourner un documentaire où il ira à la rencontre de certains de ces protestataires pour leur demander si trois ans après, la situation a évolué…

 

Portrait de Manoubia Bouazizi, mère du vendeur ambulant Mohammed Bouazizi qui s'est immolé le 17 décembre 2010. Un acte à l'origine des émeutes qui allaient conduire au déclenchement de la Révolution de Jasmin en Tunisie.

Portrait de Manoubia Bouazizi, mère du vendeur ambulant Mohammed Bouazizi qui s'est immolé le 17 décembre 2010. Un acte à l'origine des émeutes qui allaient conduire au déclenchement de la Révolution de Jasmin en Tunisie.

© Mahn Kloix