Shepard Fairey, l'auteur de l'affiche "Hope" pour Obama, a enfin sa rétrospective en France

Par @Culturebox
Mis à jour le 01/10/2017 à 14H34, publié le 25/09/2017 à 15H12
"Hope" de Shepard Fairey

"Hope" de Shepard Fairey

© Pierresvives / département de l'Hérault

Pour la première fois en France, une grande exposition est consacrée à l'artiste américain Shepard Fairey, considéré comme l'une des plus grandes figures mondiales du street art. Présentée à l'espace Pierresvives de Montpellier, elle donne une vision globale de son travail marqué par la critique sociale et politique et la protection de l'environnement. 250 oeuvres retracent 28 ans de création.

Reportage : J. Escafre / D. De Barros / F. Jeannerat

L'un des pionniers du street art

Influencé par Andy Warhol et Alexander Rodtchenko, Shepard Fairey a été l'un des pionniers du street art dans les années 90. Peintre, designer graphique et illustrateur, l'Américain a fait son entrée dans le monde de l'art en réalisant des dessins pour des tee-shirts et des skateboards. En 1989, alors étudiant à la Rhode Island School of Design, il se fait connaître en collant des milliers de stickers et d'affiches dans les rues à l'effigie du catcheur "André the giant" : une véritable campagne de publicité clandestine qui a prouvé l'importance de ce nouveau mode d'expression underground qu'était le street art. 

Menacé de poursuites pour avoir utilisé illégalement la marque "André the giant", l'artiste a modifié son logo et rebaptisé sa campagne "Obey giant". 

Les affiches de la campagne "Andre the giant". 

Les affiches de la campagne "Andre the giant". 

© Capture d'écran France 3 Languedoc-Roussillon

Artiste militant

Artiste engagé, militant pour la paix, défenseur de l'environnement et épris de justice sociale, Fairey a utilisé tous les codes visuels pour exprimer ses idées et ses combats, notamment en détournant des publicités et des affiches de propagande communiste, russes ou chinoises. Pollution, réchauffement climatique, guerres, racisme... Le street artiste distille dans ses toiles tous les sujets qui lui tiennent à coeur. 
Obey 2 © Capture d'écran France 3 Languedoc-Roussillon

Un soutien actif à Obama 

En 2008, le graphiste a des milliers d'affiches à son actif ainsi que des pochettes de disques de groupes comme les Black Eyed Peas ou les Samshing Pumpkins. Sa notoriété va décoller en flèche à l'occasion de l'élection présidentielle au cours de laquelle il soutient Barack Obama. Son affiche "Hope" fait le tour du monde : le voilà une star planétaire. 
Obey 3 © Strip Art
Pendant la campagne, Fairey distribue à ses frais 300.000 autocollants et 500.000 affiches pour soutenir Obama. Ce dernier lui enverra une lettre de remerciements pour son soutien. 

Je veux vous remercier d'avoir utilisé votre talent au service de ma campagne. Vos messages politiques ont encouragé les Américains à croire qu'ils pouvaient changer le statu quo. Vos images ont un effet profond sur les gens, qu'elles soient vues dans une galerie ou sur un panneau indicateur. C'est un privilège pour moi d'avoir été l'objet de votre travail d'artiste et une fierté d'avoir eu votre soutien.

Barack Obama

En 2009, la National Portrait Gallery de Washington a acquis l'image originale de "Hope" pour sa collection permanente. 

Obey 5 © Capture d'écran France 3 Languedoc-Roussillon

Première rétrospective en France

Affiches, objets, films, sérigraphies, toiles, peintures sur métal... L'exposition présentée à Montpellier permet de découvrir tout ce qui révolte et inspire l'artiste au fil de 250 oeuvres. De ses premières sérigraphies à la main à ses pièces uniques sur toile, en passant par les grands formats ou les oeuvres sur métal et bois, toutes ses techniques sont mises à l'honneur. 

Gage de qualité de cette rétrospective : le commissaire artistique en est Jérôme Catz, figure incontournable du street art en France et grand spécialiste de ce mouvement. 

Obey 4 © Capture d'écran France 3 Languedoc-Roussillon