Quand les Yamakasi transmettent leur art

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 29/04/2013 à 15H52
Le terrain de jeu des Yamakasi : la ville et son architecture 

Le terrain de jeu des Yamakasi : la ville et son architecture 

© France3 / Culturebox

Sauter de toit en toit ou voltiger entre les immeubles n'est plus réservé aux cascadeurs professionnels. Après douze ans d'absence, les Yamakasi, acrobates de rue, enseignent leur art aux plus jeunes. Malik Diouf, l'un des fondateurs du mouvement, a créé le premier Championnat de France de l'art du déplacement qui s'est déroulé ce week-end à Paris.

Les Yamakasi sont de retour. Découverte au travers d'un film d'Ariel Zeitoun produit par Luc Besson en 2001, la bande d'amis d'Evry a popularisé l'art du déplacement urbain. Le principe : s’approprier physiquement l’espace urbain en effectuant des sauts vertigineux ou en escaladant des immeubles.
Extrait film Yamakasi
L’art du déplacement, connu également sous le nom de "Parkour", tient ses origines de David Belle, un sportif et acteur français qui a joué dans "Banlieue 13". Il définit cette pratique comme "une méthode d'entraînement qui permet de franchir les obstacles, à la fois dans le milieu urbain et le milieu naturel". 

Reportage : B. Vérand, A. Gohari, H. Cardon, N. Siboni
Les Yamakasi seront mis à l'honneur du 3 au 5 mai prochain à Paris, à l'occasion de la huitième édition de l'Urban Films Festival, parrainée par Jamel Debouzze.