Le graffeur eL Seed prépare une fresque géante sur l'IMA

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 11/06/2014 à 20H07
EL Seed en plein travail à l'Institut du Monde arabe, à Paris, le 11 juin 2014

EL Seed en plein travail à l'Institut du Monde arabe, à Paris, le 11 juin 2014

© Stéphane de Sakutin / AFP

Depuis une semaine, eL Seed, jeune artiste français d'origine tunisienne, travaille sur une fresque monumentale sur l'une des façades de l'Institut du monde arabe (IMA), entre graffiti et calligraphie.

À l'invitation du président de l'IMA Jack Lang, eL Seed, 32 ans, décore à la bombe l'un des pignons du bâtiment avec de beaux "calligraffitis" bleus et argentés. La surface à couvrir est de 800 mètres carrés. Les architectes de l'IMA, Jean Nouvel et Architecture Studio, ont donné leur feu vert pour que cette fresque soit réalisée sur leur bâtiment.

L'inauguration est prévue jeudi soir et la fresque n'est pas encore achevée. "Je vais travailler toute la nuit pour finir à temps", a déclaré mercredi à l'AFP eL Seed.

L'oeuvre s'inspire d'une citation de Stendhal -"L'amour est le miracle des civilisations"- traduite en arabe, explique l'artiste. "Pour moi, elle résume l'esprit de l'IMA, qui est de rapprocher les cultures, d'être un pont entre Orient et Occident."

"Calligraffiteur"
Né en France en 1981 de parents tunisiens, eL Seed se présente comme un "calligraffiteur", pratiquant simultanément la calligraphie et le graffiti. Il a peint des murs à Paris, Montréal, Berlin, Tunis, Doha, Dubaï, Chicago, Los Angeles. Il a notamment décoré le minaret de Gadès, sa ville d'origine, en Tunisie.
Quand el Seed travaillait sur la tour Paris 13 - octobre 2013