Laissez-vous happer par le regard de Julia, du graffeur David Walker

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 15/06/2015 à 18H23
David Walker en plein création du visage de Julia, rue Léopold-Lallement à Nancy

David Walker en plein création du visage de Julia, rue Léopold-Lallement à Nancy

© France 3 / Culturebox

Elle s'appelle Julia et depuis la semaine dernière son visage géant et coloré orne un mur entier du centre ville de Nancy. Muse inspiratrice, Julia est la dernière oeuvre du célèbre street artist londonien David Walker. Elle fait dorénavant partie du paysage urbain nancéien.

Pendant une semaine, muni de ses bombes de couleurs et juché dans sa nacelle, David Walker le graffeur londonien n'a pas lâché le mur de la rue Lépopold Lallemant à Nancy. Figure internationale de l'art urbain, l'artiste a créé sous les yeux des curieux une fresque géante représentant un visage de femme. Dubitatifs dans un premier temps, les passants ont rapidement apprivoisé Julia. 

Reportage : JF. Didier / B. Kratschmar / JP Peticolas / T. Ganay / F. Bobet / B. De Butler / T. Mahut 

Un art de la rue hyperréaliste et éphémère

Equipé de ses bombes aérosols, David Walker s’empare de la rue et transforme les murs en immense palette à portrait. Pour Nancy, il s’est inspiré d’une certaine Julia. Sa technique est à chaque fois identique : muni de la photo de son modèle, il pose en aplat plusieurs couches de peinture et donne vie à la grisaille. Peu à peu, comme devant une toile de maître, le visage des jeunes muses apparaissent. Mais street art oblige, il disparaîtra au fil du temps.
A l'origine de "Julia" une jeune femme berlinoise, un visage, une photo

A l'origine de "Julia" une jeune femme berlinoise, un visage, une photo

© France 3 / Culturebox

De la peinture XXL

La fresque éphémère du portraitiste londonien est gigantesque. « Le format particulier de la fresque est un défi intéressant et excitant. Ce qui m’intéresse, c’est le processus de réalisation de quelque chose d’aussi grand », confie David Walker.

Sur plus de 13 mètres de haut et 10 de large elle orne désormais l’angle de la rue Léopold-Lallement et de la rue Saint-Thiébaut. L’artiste à été invité à l’initiative de la Galerie Mathgoth avec le soutien de la Ville de Nancy pour donner des couleurs au mur gris.
Au bout de la rue Lépold-Lallement le visage de Julia accueille les automobilistes

Au bout de la rue Lépold-Lallement le visage de Julia accueille les automobilistes

© France 3 / Culturebox

Cette forme d’art urbain connaît aujourd’hui une reconnaissance artistique internationale, que la Ville de Nancy a décidé de mettre à l’honneur ces prochaines semaines à travers des évènements qui accueilleront une quarante d'artiste tout l'été (Big Jam Street-painting...), mais aussi par l’installation d’œuvres dans l’espace urbain.

Du 5 juin au 4 juillet 2015, la galerie Mathgoth à Paris accueille l’exposition Alchema Spectra de l’artiste, qui marque une évolution et un tournant dans son travail. La fresque de Nancy aura donc le privilège d’être la première réalisée dans ce nouveau style.