La Cox Gallery, au bonheur des street-artistes

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 14/12/2015 à 17H33
Hopare finalisant son euvre à la Cox Gallery à Bordeaux

Hopare finalisant son euvre à la Cox Gallery à Bordeaux

© France 3 / capture d'écran

La Cox Gallery vient d'ouvrir ses portes pour exposer exclusivement des créations issues du street art, pour mieux mettre en lumière ce courant artistique de plus en plus influent. Une première pour des graffeurs qui exposent leurs créations jusqu'au 29 janvier et une première aussi pour la ville de Bordeaux qui accueille une galerie entièrement dédiée à l'art urbain.

Reportage : M. Neuville / L. Cagnato / I. Cardenas

La Cox Gallery a donc ouvert ses portes vendredi 11 décembre pour mettre à l'honneur l'art urbain et le faire découvrir au plus grand nombre. Pour l'occasion, sept artistes en devenir : Hopare, Alex, Brok, Bust the Drip, Tilt, Alber et Nico Giquel, tous issus du graffiti ont été invités à présenter leurs créations à l'intérieur des murs, et sur une toile cette fois. Une première pour certains officiant d'ordinaire dans la rue, sur les murs, souvent en grandeur nature.

500 m² d'exposition accueillent mouvements, figures et couleurs sous des formes multiples. Photos, graffitis, installations et dessins investissent l'espace à l'instar des oeuvres d'un des prodiges de la bombe, l'artiste parisien Hopare. Féru des lignes parfaites, géométriques ou abstraites dans lesquelles apparaissent élément de décor ou visages, l'étoile montante de l'art urbain n'en est pas à son premier coup d'essai ; exposer dans une galerie d'art permet tout simplement de toucher un autre public et de diffuser son travail plus largement, explique-t-il. 

L'expression libre et créative de Brok s'épanouit dans un style très diversifié (wildstyle, 3D, personnage, décors) ; travailler aujourd'hui sur des petits supports lui permet une nouvelle approche des techniques et matériaux utilisés, et donc de repenser complètement ses habitudes de création. 

Quant à Bust the Drip, il s'est d'abord essayé à la culture Hip-Hop par la danse avant de s'adonner au dessin et à la peinture, mariant matières et textures. Influencé par les techniques de Jackson Pollock, peintre américain de l'expressionnisme abstrait, Bust the Drip s'est réapproprié le dripping (égoutter de manière aléatoire sur une toile posée à même le sol) pour ses créations, créant ainsi son propre univers.
 

Hopare, Alex, Brok, Bust the Drip, Tilt, Alber et Nico Giquel sont à découvrir jusqu'au 29 janvier 2016
Cox Gallery 
48 bis rue Ferrère 
33000 Bordeaux
ouverture du jeudi au vendredi 13h-19h
samedi 12h-18h
et sur rendez-vous