Street art : "Bien Urbain" transforme la ville de Besançon en galerie d'art à ciel ouvert

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 09/06/2016 à 15H13
Oeuvre de l'artiste suédois Husk Mit Navn / Festival Bien Urbain

Oeuvre de l'artiste suédois Husk Mit Navn / Festival Bien Urbain

© France 3 / capture d'écran

Du 3 juin au 30 juillet, Besançon accueille le Festival Bien Urbain pour redonner vie et couleurs à ses murs défraîchis et distiller de la bonne humeur dans le quotidien de ses habitants. Pendant deux semaines, une quinzaine d'artistes internationaux issus de l'art urbain sont invités à s'emparer de l'espace public pour imaginer des parcours et des créations artistiques, plus ou moins éphémères.

Equipe : L. Ducrozet / D. Colle / A. Baudrand
Le Festival Bien Urbain n'en est pas à son coup d'essai. Voilà six ans que cette belle aventure s'est enracinée dans l'espace urbain de Besançon et dans les têtes de ses habitants. Six ans déjà que certaines façades ont fait l'objet d'un relooking des plus audacieux.
 

Une galerie d'art à ciel ouvert


Au fil des ans, des artistes ont donné libre cours à leur imagination pour laisser place à une véritable galerie d'art à ciel ouvert. Des fresques monumentales ornent les murs de quartiers entiers, exprimant sensibilités et parcours de vie de chacun, révélant des créations singulières. Les habitants semblent conquis, et pour ceux qui ont prêté leurs murs, ils sont ravis de devenir les propriétaires d'un patrimoine unique.

Je l'adore. L'artiste a vraiment fait quelque chose qui se fond bien dans le paysage, ça évoque le quartier, c'est quelque chose de génial !

Joël Suty
Propriétaire de la maison
Peinture et slogans de Jiem lors du Festival Bien Urbain en 2012

Peinture et slogans de Jiem lors du Festival Bien Urbain en 2012

Ce travail artistique laisse ses empreintes sur les murs de la ville, mais comme tout art éphémère il est voué à disparaître. La durée de vie des oeuvres varie au grès du rythme de la ville, elle dépend des projets d'urbanisation. Pour l'instant aucune politique de restauration ou de préservation des oeuvres n'a été engagée entre les organisateurs et les artistes, au grand dam des habitants qui souhaiteraient que certaines créations perdurent. 

Une oeuvre de l'artiste suédois Husk Mit Navn (éffacée depuis)

Une oeuvre de l'artiste suédois Husk Mit Navn (éffacée depuis)

© France 3 / capture d'écran

L'édition 2016 du festival "Bien Urbain" propose un nouveau parcours artistique incluant créations sonores et visuelles avec la complicité de Escif, artiste influent de sa génération. Le thème suggéré par  le street artiste espagnol s'intitule "Après le mur" ; une réflexion pour "questionner les relations qu'entretiennent les citoyens avec l'espace qui les entoure".

 
Le Festival Bien Urbain, c'est la métamorphose de la ville de Besançon avec la réalisation de fresques par des artistes internationaux, des ateliers, des visites guidées, des rencontres, des ciné plein-air, des soirées... un programme tout en couleur durant deux mois, dédié à tous.