Banksy fait des rues de New York sa galerie à ciel ouvert

Par @Nijikid Journaliste, responsable de la rubrique Rock-Electro-Rap de Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 05/10/2013 à 12H25
"The Street Is In Play", la première oeuvre du projet de Banksy à New York "Better Out Than In", dévoilée le 1er octobre à Chinatown.

"The Street Is In Play", la première oeuvre du projet de Banksy à New York "Better Out Than In", dévoilée le 1er octobre à Chinatown.

© Banksy.co.uk

Les amateurs de street-art new yorkais sont en ebullition : durant tout le mois d'octobre, l'artiste anglais Banksy a prévu de révéler une nouvelle oeuvre chaque jour dans les rues de New York. Le plus célèbre (et le plus coté) des street artists de la planète, dont personne ne connaît la véritable identité, a déjà commencé à disséminer ses pochoirs, accompagnés d'un "audio-guide" sarcastique.

Un projet interactif brillant, critique et drôle
Alors que plusieurs de ses pochoirs ont été récemment prélevés sans son autorisation pour être revendus pour des sommes astronomiques par des galeristes aux Etats-Unis, Banksy répond avec un projet interactif  brillantissime qui devrait renforcer son aura déjà au firmament.

Le nom du projet, "Better Out Than In" (mieux vaut dehors que dedans), est déjà en soi une critique à peine voilée du dévoiement mercantile du street-art, passé en quelques années de la poussière des rues aux dorures des plus chics galeries et appartements de la planète.
"Midtown", la troisième oeuvre de Banksy dévoilée le 3 octobre à New York.

"Midtown", la troisième oeuvre de Banksy dévoilée le 3 octobre à New York.

© http://www.banksy.co.uk/
Des pochoirs éphémères
Bien entendu, cette galerie à ciel ouvert est gratuite et ouverte à tous... à condition d'y arriver à temps. Car Banksy, connu pour son humour et son sens politique, a ajouté cette fois une dimension interactive au projet,qui fait courir les new yorkais dans tous les sens.

Banksy peint ses pochoirs en secret. Puis il annonce leur localisation sur internet. Les fans se ruent alors sur place, pour découvrir qu'ils ont déjà été recouverts, ou tagués par des artistes rivaux, quelques heures seulement après avoir été finalisés. Des oeuvres qui en disent long
Ainsi, sa première pièce, réalisée dans le quartier de Chinatown,  représentait un enfant grimpé sur le dos d'un autre, qui essayait d'attraper la bombe de peinture figurant sur un vrai panneau affirmant que le graffiti est un crime. Ce pochoir a été peu après recouvert de peinture blanche. Et on ne serait pas étonnés que Banksy, riant sous cape, l'ait lui-même effacé, afin de rappeler la nature éphémère et gratuite du street-art.

La seconde est située dans le quartier branché de Chelsea. Sur une porte de garage, sous un ancien pont de chemin de fer, Banksy a écrit "C'est mon accent de New York" en lettrage typique des premiers graffitis new yorkais. "Normalement j'écris comme ça", a ajouté l'artiste anglais dans des caractères plus petits en italique. Sans doute un doigt d'honneur à ce quartier de Chelsea où pullulent les galeries branchées, remarque un admirateur.

La troisième, baptisée "Midtown", représente quant à elle un chien noir urinant sur une borne de pompier avec les mots "tu me complètes".  Des "audio-guides" ironiques
Encore plus fort, Banksy accompagne chaque oeuvre d'un genre d'audio-guide façon musée. Un numéro de téléphone est inscrit près de chaque pochoir. Mais n'imaginez pas que Banksy, qui joue au chat et à la souris depuis toujours, va se raconter à l'autre bout du fil, ni même éclairer ses oeuvres. Il s'agit vraisemblablement une fois de plus d'un trait d'humour qui en dit long.

Ainsi, pour le premier pochoir, au numéro 1-800-656-4271 + #1, une voix très docte façon musée (ci-dessus), commente l'oeuvre avec des détails sans intérêt du genre "Vous verrez une oeuvre de Banksy. Ou peut-être pas. (...)  Vous regardez une image que l'on appelle graffiti, du latin graffito, qui signifie graffiti avec un "o". (...) Les enfants représentent la jeunesse. (...) Les signes représentent des signes (...)".

Et pour le troisième, précédé par une musique d'ascenseur, le commentaire audio, avec un fort accent américain, dit "Etes-vous en train de regarder l'un des plus grands chefs d'oeuvre du XXIe siècle ? Si c'est c'est le cas, vous êtes au mauvais endroit, vous devriez être en train de regarder un chien au pochoir urinant sur une borne d'incendie". 

Les fans du monde entier peuvent suivre cette course au trésor jour après jour via le compte instagram de Banksy, mais aussi sur son site.

Après avoir tracé plusieurs fois "The Musical" sur des graffitis pré-existants dans différents lieux, ce qui donne notamment les hilarants "Occupy, The Musical" ou  "Dirty Underwear, The Musical" (Sous vêtement sale : la comédie musicale), on murmure qu'il pourrait réaliser avec malice une prochaine oeuvre sur un camion sillonnant la ville...
Banksy se sert de graffiti pré-existants, auxquels il ajoute sa touche humoristique. 

Banksy se sert de graffiti pré-existants, auxquels il ajoute sa touche humoristique. 

© http://www.banksy.co.uk/