Banksy est-il 3D de Massive Attack ? L'avis éclairé d'une spécialiste

Par @Nijikid Journaliste, responsable de la rubrique Rock-Electro-Rap de Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 02/09/2016 à 20H24
3D, tête pensante de Massive Attack, ici en concert (extraordinaire) à Rock en Seine 2016.

3D, tête pensante de Massive Attack, ici en concert (extraordinaire) à Rock en Seine 2016.

© Christophe Crenel pour Rock en Seine

La rumeur va et vient ces derniers temps : Banksy, le plus célèbre et le plus mystérieux des street-artistes, ne serait autre que 3D, le leader de Massive Attack. Alors que cette théorie séduisante mais douteuse a rebondi ces dernières heures dans la presse anglaise, nous avons interrogé Melissa Chemam, auteure d'un livre à paraître ces jours-ci sur la scène de Bristol, pour trier le vrai du faux.

Tenter de lever le voile sur l'identité de Banksy, le street artist subversif le plus connu au monde mais qui cache soigneusement son identité, est un exercice sans fin. En mars dernier, une très sérieuse étude du l'Université Queen Mary pensait avoir décroché la timbale grâce au profilage géographique. En recoupant les déplacements supposés de Banksy par ses traces laissées autour du monde, les soupçons se portaient sur un certain Robin Gunningham. Qui a toujours nié être Banksy.

Depuis jeudi, la toile s'enflamme à nouveau pour une nouvelle théorie. Moins scientifique, mais qui a des arguments et soulève quelques questions dignes d'être examinées. Banksy et 3D,  le leader de Massive Attack, ne feraient qu'un. Selon le Daily Mail, qui cite le travail d'un blogueur écossais, Craig Williams, Banksy serait peut-être même pluriel. Il s'agirait d'un collectif d'artistes se déplaçant dans le sillage de la caravane Massive Attack lorsqu'elle est en tournée.

Reportage : L. Hakim / France 2 L. Kalmus / A. Filippi / F. Mazzega

Pour y voir plus clair, nous avons demandé son avis à une spécialiste de la question, la journaliste Melissa Chemam, auteure du livre "En dehors de la Zone de Confort - de Massive Attack à Banksy, l'histoire d'un groupe d'artistes, de leur ville, Bristol, et de leurs révolutions" (éditions Anne Carrière).

Dans cet ouvrage à paraître le 6 octobre, cette journaliste bilingue pour Radio France et la BBC explore les racines de la scène artistique de Bristol. Etayée de très nombreuses rencontres avec les principaux acteurs de ce bouillonnement artistique, à commencer par 3D, elle raconte comment l'histoire de la ville mais aussi l'esprit anarchiste de Clash et le regard particulier de la communauté caribéenne locale, ont inspiré la démarche de Massive Attack et de Banksy. Et comment leur insoumission mâtinée d'humour est devenue le phare à deux têtes non seulement d'une ville mais aussi de toute une génération. Ne font-ils qu'un ?

Décryptage point par point de la rumeur
1.

Qui parle et quel est le contexte ?

Dans son article, liké déjà par 27.000 personnes, le Daily Mail parle de Craig Williams, à l'origine de cette rumeur, comme d'un journaliste "d'investigation" âgé de 31 ans. On le voit déjà la loupe de Sherlock Holmes à la main. Il s'agit en fait d'un blogueur écossais amateur de musique. Le Daily Mail reprend son post de blog mais se garde bien d'aller vérifier les infos, boostant au contraire son alléchante théorie avec une infographie efficace et des photos.

Selon Melissa Chemam, ce post de blog a déjà été publié plusieurs fois. "Il l'a notamment publié fin mai au moment où Massive Attack a annoncé qu'il organisait son propre festival dans un lieu inédit de Bristol ce samedi (3 septembre). Et il l'a opportunément reposté sur son blog mercredi. La presse à scandales britannique s'est jetée dessus cette fois parce qu'il y a un beau contexte avec ce festival de Massive Attack (encadré en bas de page). Et puis on n'oublie pas qu'il y a un an exactement avait lieu Dismaland, le parc d'attraction-exposition de Banksy".
2.

Les déplacements de Banksy et de Massive Attack coincident

C'est le principal argument du blogueur et il faut reconnaître qu'il tape fort. Nous n'avons pas été vérifier mais selon Craig Williams, des œuvres de Banksy sont régulièrement apparues sur les murs de villes visitées au même moment par Massive Attack. Ainsi, alors que le groupe emmené par Robert Del Naja (3D) était en tournée à Melbourne en mars 2003, des traces de Banksy étaient découvertes sur des murs de la ville le mois suivant. Idem à San Francisco : Massive Attack était sur scène les 25 avril et 27 avril 2010 et des œuvres du street-artist étaient repérées dans la ville le 1er mai, moins d'une semaine plus tard. Rebelote à Toronto : Massive Attack y était en concert le 7 mai 2010 et des œuvres de Banksy y fleurissaient le 14 mai.

Melissa Chemam admet que le blogueur marque un point. "Cet argument n'est pas complètement abruti. Il remarque des choses notables. Notamment que Massive Attack est en tournée en Californie en 2006, lorsque Banksy fait sa première exposition en dehors de l'Europe, à Los Angeles. Une exposition qui va changer totalement son statut parce que des stars comme Brad Pitt et Angelina Jolie se mettent alors à acheter ses œuvres pour des sommes folles. On se souvient aussi de cette exposition pour l'éléphant rose et doré qui s'y promenait en tant qu'œuvre d'art."
3.

Banksy est-il plusieurs personnes ?

Le blogueur Craig Williams émet une autre hypothèse tout aussi crédible : "Et si Banksy n'était pas la seule personne qu'on imagine ? Et si Banksy était un groupe de personnes qui faisaient des pochoirs à la fois à la maison et à l'étranger ?" Selon lui, une telle quantité d'œuvres réalisées en une décennie autour du monde pose en tout cas question. Il pense qu'il pourrait s'agir d'un groupe de street-artists qui suivent la tournée de Massive Attack.

Melissa Chemam ne penche pas pour cette hypothèse, même si elle reconnaît que c'est ce que pensent la plupart des journalistes britanniques. "Ce qui est certain, c’est que lorsque Banksy fait une expo comme celle de Los Angeles, celle de New York ou comme Dismaland l’an dernier, il ne le fait pas seul. Mais ayant interviewé tous les artistes de graffiti de Bristol, ils m'ont répondu "c’est un génie, mais cela ne veut pas dire que personne ne lui a jamais tenu sa bombe de peinture à l’occasion". C'est comme JR. Qui peut faire un collage en haut d'un immeuble de cent étages à Rio sans aide ? Personne. Mais que Banksy puisse demander à d'autres de faire des pochoirs pour lui à l'étranger, de donner des ordres, ça ne lui ressemble pas. La multinationale Banksy ce n'est pas son ethos. Banksy est un artiste, ce n’est pas un collectif, et sa prouesse absolue c’est sans doute d’être aussi célèbre en ayant réussi à rester totalement anonyme."
4.

Banksy et 3D ont beaucoup de points communs

Là en revanche, tout le monde est d'accord. Et Melissa Chemam la première. "Déjà, Banksy et 3D ont la même vision politique du monde. C’est à dire qu’ils sont très engagés, ils se sont beaucoup rendus au Proche Orient, Banksy à Gaza et 3D au Liban. Ils ont tous les deux un côté un peu anarchiste mais aussi très humaniste et en même temps bourré d’humour. Ils n'imposent pas leurs idées, il y a chez eux quelque chose de l’ordre de l’éveil, de la remise en question.

Dans une de mes premières interviews avec 3D au sujet du graffiti il m’a dit : "on nous qualifie de vandales mais on a le droit d’avoir d’autres choses sur nos murs que des panneaux d’interdiction et des publicités, moi j'essaye juste de rééquilibrer." Or, toute l’idée du street art de Banksy est celle là.

Ensuite ils ont tous deux un goût prononcé pour le pochoir, qui est devenu la marque de fabrique de Banksy. Or c'est 3D qui a lancé le pochoir à Bristol dans la seconde partie des années 80, une technique que Banksy a repris 10 ans plus tard. Et ils ont des goûts musicaux très proches.
5.

Pourquoi Banksy n'est pas 3D selon Melissa Chemam

"Déjà, il y a un gap générationnel. 3D est né en 1965. Et Banksy doit avoir environ huit ans de moins. Il faut savoir que 3D a commencé comme graffiti artist en 1983 et a été vraiment pionnier. Il a été l'un des tout premiers artistes du pays à faire des œuvres qu'on appelle murales, ce qui était vraiment fort à l'époque parce que cela prenait des heures à faire, que 3D est daltonien et que c'était totalement interdit. Il a aussi lancé le pochoir dans les années 86-87. On voit bien que Banksy a été inspiré par lui. Mais Banksy n'est vraiment apparu qu'en 1998, soit dix ans plus tard."

"La seule chose qui pourrait nous faire croire que c’est la même personne, mais là on est vraiment dans la science-fiction, c’est d'imaginer que 3D, après le succès de "Mezzanine" s’invente une nouvelle vie de graffiti artist sous le nom de Banksy. Je n'y crois pas. Parce que 3D est quelqu’un de très très occupé. Massive Attack a beau sortir des albums tous les quatre-cinq ans, il crée beaucoup de musique qu'il ne publie pas, c’est un accro au travail, il voyage énormément, donc ce serait vraiment Superman. Il fait non seulement la musique pour le groupe, mais aussi tous les visuels au sein de United Visual Artists, il a fait des musiques de films (notamment pour le documentaire "Gomorra" dont il a fini par estimer que la musique était de trop, ne laissant sa musique qu'au générique), il est artiste, il est peintre, il a des tas de projets, c’est un fou de technologie donc ce n'est pas possible, il n'a pas le temps."
6.

Conclusion : on penche pour deux potes qui partagent le même esprit

"Banksy et 3D font partie d'une bande d'amis artistes, qui exposent ensemble (beaucoup d'entre eux étaient à Dismaland), qui se regardent et se nourrissent les uns les autres mais qui ont chacun envie d'avoir leur singularité", analyse Melissa Chemam. "Ils sont assez fiers de ce qu'ils font, ils ne sont pas du genre à imiter qui que ce soit. Cela leur tient à cœur d'être différents, d'être pionniers, de mener chacun leur propre chemin. Par exemple, je ne pense pas que Banksy soit ravi qu'on le prenne pour 3D, ce qui revient à dire que son travail ne serait que le hobby d'un des artistes les plus occupés de Grande Bretagne. Et 3D ne doit pas prendre très bien qu'on dise qu'il est Banksy : il a tellement travaillé comme un fou que c'est énervant d'être pris pour quelqu'un d'autre. En tout cas, s'il est Banksy c'est vraiment un double génie. Parce que ce qu'il fait depuis dix ans en peinture n'a vraiment rien à voir avec ce que fait Banksy. Cependant, il restera toujours un petit doute, soyons honnête. Et la rumeur resurgira sans doute. C'est vrai que Banksy a l'air de beaucoup aimer les tournées de Massive Attack ! (rires)."

Un mini-festival et un nouvel EP de Massive Attack samedi

Massive Attack organise donc ce samedi à Bristol de midi à minuit, un mini-festival baptisé Massive Attack at the Downs, du nom du lieu qui se trouve en haut d'une colline au bord de l'eau. Au programme entre autres : Primal Scream, Skepta, Savages, Smith And Mighty, Dj Krust. A cette occasion, le groupe a prévu de distribuer un nouvel EP en édition limitée, "Dear Friend" avec James Massiah. Les versions normales, vinyle et numérique, seront disponibles fin septembre.

 L'ouvrage de Melissa Chemam "En dehors de la Zone de Confort - de Massive Attack à Banksy, l'histoire d'un groupe d'artistes, de leur ville, Bristol, et de leurs révolutions" (éditions Anne Carrière) sort le 6 octobre.