La première collection universitaire de moulages de France à Strasbourg

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 25/02/2016 à 16H14
L'étonnante collection de la gypsothèque de Strasbourg

L'étonnante collection de la gypsothèque de Strasbourg

© France 3

Depuis plus de 70 ans, 1770 moulages en plâtre de statues égyptiennes, grecques et romaines étaient remisés dans les sous-sols du Palais universitaire. Cette gypsothèque est la première collection de ce type en France. Une association d’étudiants permet au public de la découvrir.

Reportage : A. Rapp, G. Bertrand et M. Heyer

Qui n’a pas jamais vu au moins en photo, le célèbre discobole ? Attribuée à Myron, cette statue représente la perfection esthétique du geste d’un athlète nu lançant un disque dans une compétition forcément "olympique".
Le célèbre discobole attribué à Myron

Le célèbre discobole attribué à Myron

© France 3
Le moulage en plâtre de cette statue fait partie des 1770 autres retrouvés dans les sous-sols du Palais universitaire de Strasbourg où ils avaient été entreposés au cours de la Seconde Guerre mondiale.

C’est vraiment une des pièces maîtresses de la collection puisqu’elle est très représentative de la période. C’est vrai qu’on a de l’admiration en voyant la virtuosité du sculpteur qui a réussi en une seule statue à rendre ce phénomène de mouvement d’athlète

Anatole Boule, président de l'association des amis du musée Michaelis
Tout l'art de la statuaire antique

Tout l'art de la statuaire antique

© France 3

La 1ère collection universitaire de moulages de France

Cette accumulation d’oeuvres d’art est aujourd’hui la première collection universitaire de moulages de France. Créée en 1872 à l’initiative d’Adolf Michaelis, un archéologue et universitaire allemand, elle servait aux étudiants en art à étudier les proportions et le dessin des lignes inventées par les différents sculpteurs de l’Antiquité.
Allégorie de la Fortune devenue pièce unique

Allégorie de la Fortune devenue pièce unique

© France 3

Parmi les trésors découverts par les étudiants, la tête d’une allégorie de la Fortune. C’est la pièce la plus précieuse de cette collection car elle est aujourd’hui unique.

"C’est une oeuvre qui était conservée à Dresde et qui a été détruite pendant la Seconde Guerre mondiale. Auparavant, un moulage avait été fait et apparemment celui-ci est unique. Donc, il est devenu un original…", explique Jonas Parétias, trésorier de l'association des amis du musée Michaelis.

Une collection que l'on peut visiter

Une collection que l'on peut visiter

© France 3
La collection de moulages du musée Michaelis est visible pour le public depuis ce week-end.
Puis les lundis, mercredis et vendredis de 14 à 18h.