Trois hommes condamnés dans une affaire de faux bronze de Zadkine

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 28/05/2016 à 13H29
Le jardin du musée Zadkine à Paris

Le jardin du musée Zadkine à Paris

© Daniel Thierry / Photononstop / AFP

Un bronze du sculpteur Zadkine vendu à un amateur d'art était un faux : un commissaire-priseur, un courtier en art et un collectionneur ont été condamnés vendredi pour "contrefaçon", dont l'un à "huit mois ferme", par le tribunal correctionnel de Paris.

Parmi les trois prévenus, le commissaire-priseur, Marc-Arthur Kohn a été condamné à 8 mois de prison avec sursis et 5.000 euros d'amende. Le courtier, Pascal Robaglia, a écopé d'une peine de huit mois ferme.  Ancien galeriste, ce dernier avait déjà été condamné en 2010 à Créteil à cinq ans d'emprisonnement dont trente mois avec sursis et 50.000 euros d'amende pour avoir écoulé des oeuvres d'un faussaire de toiles de maîtres, Guy Ribes.
 
Le dernier condamné, Raymond Woronko, collectionneur d'art, ne s'était pas présenté à l'audience, étant détenu dans une autre affaire au Gabon. Il a été condamné à 10.000 euros d'amende dont 5.000 avec sursis.

L'avocate de la victime estime qu'il faut "assainir" le marché de l'art

"Il est indispensable dans ces affaires de contrefaçon que la justice aille au bout des poursuites pour assainir le marché de l'art et faire savoir aux collectionneurs qu'ils sont protégés", a salué auprès de l'AFP Me Béatrice Cohen, avocate du malheureux acheteur de la sculpture qui, dit-elle, a renoncé après cette affaire à investir dans l'art.
 
"En 2010, la valeur mondiale du marché de l'art était estimé à 43 milliards d'euros et la contrefaçon évaluée en 2011 à 6 milliards d'euros", a précisé  l'avocate en insistant sur le poids économique de ce secteur.
 
Le tribunal a également condamné les trois hommes à verser 130.000 euros au  titre du préjudice patrimonial et 40.000 euros au titre du préjudice moral à la Ville de Paris, détentrice des droits de l'artiste dont elle gère le musée. Elle les a également condamnés à verser 6.000 euros à l'acheteur floué et un euro symbolique au fondeur Susse qui a réalisé les vrais bronzes de Zadkine.
 
Né en 1890, Ossip Zadkine, est un des grands noms de la sculpture de la première moitié du XXe siècle. Il est mort en novembre 1967 à Paris.