Rétrospective Michel Audiard à Tours : les sculptures de l'introspection

Par @Culturebox
Mis à jour le 14/07/2017 à 18H19, publié le 14/07/2017 à 18H10
"Rétrospective et Introspection", un "Ange" de Michel Audiard accueille le visiteur

"Rétrospective et Introspection", un "Ange" de Michel Audiard accueille le visiteur

© France 3 / Culturebox / capture d'écran

"Rétrospective et introspection" est l'occasion de découvrir l'univers foisonnant du sculpteur Michel Audiard. Des bronzes aux stylos "Audiard" prisés par 70 chefs d'Etat en passant par ses "Vanités", cette exposition retrace les dix dernières années de l'artiste. A découvrir jusqu'au 31 juillet à l'hôtel Goüin de Tours, rare vestige de l’architecture Renaissance.

Née d'une expérience douloureuse, cette exposition retrace le parcours professionnel mais aussi personnel du sculpteur autodidacte Michel Audiard. Il y a un an, son atelier et son domicile situés en Indre-et-Loire ont été ravagés par un incendie. Certains objets ont survécu aux flammes et prennent place dans la seconde partie nommée "Introspection".

Reportage : T. Mbaka / P-D. Lepais / A. Garreau

Le panorama de dix années prolifiques

Du minuscule au gigantesque, le sculpteur Michel Audiard donne vie à tout ce qui passe entre ses mains. Une ligne de conduite : "être en quête de l’unique". L’une de ses dernières créations, un immense rhinocéros blanc en résine polyester de 4m20 de long, réserve un accueil pour le moins surprenant aux visiteurs dans la cour de l’hôtel.
Rhinocéros en résine : 420cm*110cm*215cm 

Rhinocéros en résine : 420cm*110cm*215cm 

© France 3 / Culturebox / capture d'écran
Entrant dans l’hôtel, le visiteur découvre  les "Z’animaux musiciens". C’est Pascal Nègre, ancien directeur d’Universal Music France, qui a commandé au sculpteur ces animaux musiciens, qui constituent un véritable orchestre symphonique.
Les Z'animaux musiciens 

Les Z'animaux musiciens 

© France 3 / Culturebox / capture d'écran

Les "stylos Audiard"

Ces stylos ont écrit la réputation de Michel Audiard et signé sa notoriété. Plus de 70 chefs d’Etat écrivent avec ces "stylos-sculptures". Véritables bijoux, ils sont constitués d’ivoire de mammouth, d’acajou, de pierre précieuse et autres matériaux surprenants tels que la météorite ou le bois pétrifié.

Le stylo dans mon travail a été un vecteur assez extraordinaire. J’ai dû en faire 3.000 différents et je dois avoir 70 chefs d’Etat qui s’en servent… pour n’écrire que des choses intelligentes bien sûr.

Michel Audiard
Stylos de Michel Audiard

Stylos de Michel Audiard

© France 3 / Culturebox / capture d'écran

« Vanités » : une vie humaine précaire

Traditionnellement, les "Vanités" sont une catégorie allégorique particulière sur la futilité de l’être et le temps qui passe. La présence de crânes illustre le "Memento mori" (souviens-toi que tu mourras). Le sculpteur reprend ce thème classique. Les crânes sont ici des têtes imaginaires mi-lion mi-cerf. "D’un côté le prédateur, de l’autre la victime" explique l’artiste.
  • "Vanités"
  • Vanité 1
  • Vanité
  • Vanité de Michel Audiard
  • Michel Audiard présente ses vanités
Précédent Suivant
Précédent Suivant
  • "Vanités"

    © France 3 / Culturebox / capture d'écran "Vanités"

  • Vanité 1

    © France 3 / Culturebox / capture d'écran Vanité 1

  • Vanité

    © France 3 / Culturebox / capture d'écran Vanité

  • Vanité de Michel Audiard

    © France 3 / Culturebox / capture d'écran Vanité de Michel Audiard

  • Michel Audiard présente ses vanités

    © France 3 / Culturebox / capture d'écran Michel Audiard présente ses vanités

Les torses peints réinterprètent les peintures les plus célèbres du XXème siècle : Max Ernst, Pablo Picasso, Henri Matisse ou encore Gustave Klimt. Ils ont été peints par Catherine Barthélémy d’après les œuvres d’artistes contemporains.

« Introspection »

Dans la seconde partie de l’exposition, sont mis en scène les objets qui ont été brûlés lors de l’incendie. Issues de sa collection personnelle, certaines statues africaines ont retrouvé ici une seconde vie. Cette expérience invite à une réflexion sur l’art et sa pérennité. 

"Rétrospective et introspection", une exposition à découvrir jusqu’au 31 juillet à l’hôtel Goüin de Tours.