Norman Foster, architecte-collectionneur fête les 20 ans du Carré d'art à Nîmes

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 02/05/2013 à 11H39
Norman Foster devant une oeuvre de l'exposition "Moving"

Norman Foster devant une oeuvre de l'exposition "Moving"

© Capture d'écran Culturebox

Norman Foster est ce qu'on pourrait appeler un architecte star. A 78 ans, il a acquis une renommée internationale tant par son goût prononcé pour toute forme d'art moderne que pour ses réalisations architecturales novatrices comme la conception du viaduc de Millau en 2004 et le Carré d'art de Nîmes en 1993. 20 ans après, Sir Norman, devenu commissaire d'exposition, investit le musée.

A compter de demain, les nîmois et autres curieux auront la chance de pouvoir pénétrer au Carré d'art de Nîmes pour une exposition anniversaire. Ouvert au public depuis 1993 et imaginé par Norman Foster 10 ans auparavent, ce haut-lieu de l'art contemporain présentera plus de 140 oeuvres dont certaines spécialement conçues pour l'occasion. Foster,  architecte visionnaire et collectionneur, s'est laissé guidé par son intuition pour faire raisonner les oeuvres entre elles et les intégrer dans l'espace du musée. Une équipe de France 3 l'a rencontré en plein préparatifs.

Reportage de J. Curato, V. Banabera, A. Melun  
Norman Foster a de nombreux talents. En plus d'être l'un des plus grands architectes de sa génération, le monsieur, anobli par la reine herself, est un véritable passionné d'art moderne qui s'est entouré des plus grands artistes contemporains. Endossant pour la première fois le rôle de commissaire d'exposition, il fait se côtoyer des oeuvres de tous types, entre peinture, sculptures et même installations vidéos, à la croisée de plusieurs genres. Norman Foster a voulu privilégier son propre ressenti face aux oeuvres, en mélangeant grandes figures de l'Art Moderne, artistes émergents et créateurs d'objets "design".

C'est dans ce lieu qu'il a conçu, où il se sent chez lui, qu'il a pu remodeler l'espace à sa guise et créer des associations inédites. Ici, pas question de se poser en théoricien. Chaque spectateur doit pouvoir projeter quelque chose de lui-même, découvrir une signification inédite à chaque oeuvre. Dans une ambiance étrange et poétique, le spectateur est entouré d'objets divers qui retracent le rapport intime de l'architecte à l'espace. C'est dans le mouvement et l'émotion (le double sens du mot "Moving" qui a donné son nom à l'exposition) que s'exprime la création.

Entre abstraction et figures humaines, objets usuels, productions humaines (automobiles, avions), formes géométriques, cassure dans les courbes, idée d'un perpétuel mouvement et vitesse des lignes futuristes, l'exposition "Moving" propose un regard neuf sur le monde. Comme quoi l'Art contemporain, loin d'être enfermé dans une case, peut encore surprendre, nourri par de multiples influences.

L'exposition "Moving- Norman Foster on Art",  jusqu'au 15 septembre au Carré d'Art de Nîmes. 
Plein tarif : 8 €