Lustre controversé de Joana Vasconcelos : Paris à défaut de Versailles

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 28/06/2012 à 13H01
Noiva (The Bride ou La Fiancée), Joana Vasconcelos

Noiva (The Bride ou La Fiancée), Joana Vasconcelos

© centquatre

Le Château de Versailles n'en a pas voulu. Le CentreQuatre l'a pris: "La fiancée", lustre fait de dizaines de milliers de tampons hygiéniques, réalisé par l'artiste Joana Vasconcelos, sera accroché à partir du 4 juillet dans cet établissement artistique de la Ville de Paris. Le public est invité à assister à l'accrochage.

L'artiste portugaise, qui expose depuis le 19 juin une quinzaine d'oeuvres dans les appartements royaux de Versailles, a regretté de ne pas avoir pu présenter au château son lustre monumental, l'oeuvre ayant été "censurée", selon elle. Un terme que réfute la présidente de l'établissement public Catherine Pégard.

Joana Vasconcelos s'est alors tournée vers le directeur du CentQuatre, José Manuel Gonçalvès, avec lequel elle était en contact pour une autre oeuvre monumentale qui sera montrée fin septembre dans ce centre culturel situé dans le XIXè arrondissement de Paris. "Joana m'a dit qu'elle trouvait dommage de ne pas pouvoir exposer cette oeuvre qui l'a fait connaître à la Biennale de Venise en 2005 et qui est très importante pour elle", raconte José Manuel Gonçalvès.

"Pour moi, c'est une manière de compléter les pièces présentées à  Versailles", indique José Manuel Gonçalvès qui dit avoir pris soin de prévenir Catherine Pégard, qui ne souhaitait pas que cette oeuvre figure à Versailles car "les visiteurs viennent du monde entier et sont de cultures différentes", a-t-elle  expliqué avant l'ouverture de l'exposition Vasconcelos. "Le château n'est pas une galerie. Les oeuvres présentées doivent entrer en résonance avec ce lieu", a-t-elle dit.

"La fiancée" est "ainsi nommée pour confronter l'imposition d'une sexualité féminine hypocrite et réprimée à l'action corrosive de l'ironie et de l'ambiguïté", explique le CentQuatre. Le lustre sera accroché le 4 juillet dans une grande nef couverte, en présence de l'artiste, qui est venue voir l'emplacement. "La fiancée" y sera présentée jusqu'au 18 septembre. L'accès sera libre.