Liu Bolin frappe du poing devant le Grand Palais

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 21/03/2014 à 18H02
Liu Bolin devant son oeuvre "Iron fist" en cours dinstallation au Grand Palais

Liu Bolin devant son oeuvre "Iron fist" en cours dinstallation au Grand Palais

© JOEL SAGET / AFP

Liu Bolin frappe du poing à l'occasion du salon Art Paris qui met la Chine à l'honneur. Vendredi, son oeuvre "Iron fist", haute de 3,60 mètres et pesant 7 tonnes, était en cours d'installation devant l'entrée de la nef du Grand Palais. C'est le poing gauche de l'artiste gravé du slogan de propagande actuel de la ville de Pékin, le Beijing Spirit :"Patriotisme, innovation, intégration et vertu".

Arrivée par avion en huit morceaux, elle devait être assemblée dans la journée sous la supervision de Liu Bolin et de la Galerie Paris-Beijing qui l'a coproduite à l'occasion de la foire qui ouvre jeudi prochain au public.

"Ce poing, tourné vers le bas, s'oppose au symbole révolutionnaire du poing dressé vers le ciel et représente peut-être la fin d'une époque", souligne la galerie. "Mon poing en fer est né de mes réflexions sur la réalité de la Chine : les gens y endurent des pressions énormes, à cause de leurs conditions de vie, du climat politique, de l'air pollué qu'ils respirent. Tout cela a sur eux des conséquences négatives", a expliqué Liu Bolin lors d'un entretien récent à Tangshan (Chine) où a été produite la sculpture.
Liu Bolin lors de la construction de "Iron fist" en Chine, en février 2014

Liu Bolin lors de la construction de "Iron fist" en Chine, en février 2014

© MARK RALSTON
"Fermement ancré dans le sol, le poing de Liu Bolin montre l'image d'une Chine contemporaine qui veut s'imposer sur la scène internationale avec force et rayonnement", relève également la galerie.

L'édition 2014 du salon Art Paris, qui se tiendra jusqu'au 30 mars, s'inscrit dans la commémoration des 50 ans des relations diplomatiques entre Paris et Pékin et met à l'honneur la Chine.

Sculpteur de formation, Liu Bolin s'est fait connaître internationalement pour les photographies très originales où il pose, méticuleusement maquillé, ses vêtements recouverts d'une peinture de camouflage, jusqu'à se dissoudre dans le décor.