Les sculptures en pierre de Volvic de Thierry Courtadon au Palais-Royal

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 09/09/2015 à 16H42
"Une pierre dans mon jardin", exposition Thierry Courtadon dans les jardins du Palais-Royal, Paris

"Une pierre dans mon jardin", exposition Thierry Courtadon dans les jardins du Palais-Royal, Paris

© YOAN VALAT/EPA/Newscom/MaxPPP

Jusqu'au 23 novembre 2015, le jardin du Palais Royal invite les promeneurs à une partie de cache-cache parmi les 20 sculptures monumentales du sculpteur auvergnat Thierry Courtadon. L'exposition "Une pierre dans mon jardin", présente au coeur de Paris ces oeuvres énigmatiques en pierre de Volvic qui inspirent le silence ou la conversation.

Le jardin du Palais-Royal à Paris accueille jusqu’au 23 novembre 2015 sa nouvelle exposition d’art contemporain. « Une pierre dans mon jardin » convie l’œuvre minérale et sculpturale de Thierry Courtadon. A côté des célèbres colonnes de Buren, la pierre de Volvic, noire et volcanique, propose une déambulation inédite au sein des deux hectares du parc.

« La pression était surtout dans la manière d’habiter l’espace et comment créer une scénographie avec le jardin et l'architecture» avoue le sculpteur. Pari réussi, les visiteurs sont sous le charme de la poésie qui émane du lieu.

Auvergnat, Thierry Courtadon soutient avec ce nouveau projet la candidature de la Chaîne des Puys au patrimoine mondial de l’Unesco. 

Reportage : B. Cante / L. Pastural / L. Janin / S. Bonnetot

22 lettres monumentales

Au détour des allées du jardin, le promeneur solitaire ou accompagné découvre des lettres monumentales en pierre de Volvic. Cette pierre de volcan gris foncé d’apparence froide et triste prend forme sous les doigts de Thierry Courtadon. Mises bout à bout, elles dessinent le thème de l’exposition « Une pierre dans mon jardin » .
22 lettres en pierre de Volvic

22 lettres en pierre de Volvic

© France 3 / Culturebox

Sensualité de la pierre de Volvic

La pierre de Volvic appelée aussi de son nom savant, trachyandésite, est une roche éruptive provenant des différentes coulées de lave du volcan,. Elle fût très utilisée dans les constructions en Auvergne. Sa palette sombre, du gris-clair au presque noir, habille la cathédrale de Clermont-Ferrand et lui confère une austérité qui déchire le ciel la capitale auvergnate . Elle provient en très grande partie des mines et carrières proches de la commune de Volvic. Le travail de Thierry Courtadon peaufine cette lourde pierre et lui apporte une légèreté sensuelle. « On arrive à la modeler et à la tordre, on arrive aussi à lui donner une certaine sensualité grâce à ses mouvements et à son polissage, je fais ça naturellement », assure l’artiste.
Expo Courtadon © France 3 / Culturebox

Colette et Cocteau : les hôtes du jardin

« Provocateur d’émotions », comme il se définit auprès d’un visiteur ému, Thierry Courtadon est animé par les mots et la poésie. Pour le jardin parisien, il déclare sa flamme aux poètes Colette et Cocteau en les mettant face à face. Deux silhouettes fines et ciselées de lettres conversent au détour d’une promenade. 
Courtadon Cocteau © France 3 / Culturebox

L'atelier Courtadon, situé à Volvic se perpétue de père en fils. Carrier, pierreux, tailleur de pierre, Thierry porte la dynastie du minéral de ses mains puissantes. Ses oeuvres sont tantôt fines et ciselées tantôt monumentales, comme celles qui investissent le jardin du Palais-Royal.
« Une pierre dans mon jardin » jusqu’au 23 novembre au Palais-Royal de Paris