Les dessins de Rodin à Paris : derniers jours

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 21/11/2011 à 11H50
Auguste Rodin - A gauche, Femme nue de dos, allongée sur le ventre - A droite, Femme nue étendue sur le côté, dite Sculpture

Auguste Rodin - A gauche, Femme nue de dos, allongée sur le ventre - A droite, Femme nue étendue sur le côté, dite Sculpture

© Musée Rodin. Photo : Jean de Calan

Plus que trois jours pour voir les magnifiques dessins de Rodin. Alors si ce n'est déjà fait, courez-y. Le Musée Rodin de Paris révèle un aspect peu connu de l'oeuvre du grand sculpteur en exposant 300 dessins de ses trente dernières années. A partir des années 1890, Auguste Rodin s'exprime par le dessin autant que par la sculpture. La liberté de son dessin, entre trait et couleur, a ouvert la voie aux artistes du XXe siècle... et nous éblouit. Jusqu'au dimancher 1er avril

Auguste Rodin (1840-1917) a dessiné toute sa vie. Mais à plus de 60 ans, il entame une véritable carrière de dessinateur. Signe de l'importance qu'a pour lui de ce mode de création, il expose ses dessins à côté de ses sculptures. Deux fois, même, il consacre une exposition à son œuvre graphique.

Le Musée Rodin possède 4300 des 6000 œuvres sur papier produites par Rodin pendant les trente dernières années de sa vie. 300 ont été sélectionnés pour l’exposition. A partir des années 1890, le sculpteur dessine des nus féminins d'après nature. Il croque des modèles en train de se coiffer, de se déshabiller, de se laver... En 1896, il se met à le faire rapidement, sans poser les yeux sur son papier.

Ces dessins « instantanés » de nus vont être un point de départ d’une création d’une incroyable liberté. Rodin va les calquer, les découper pour faire des collages avec des figures assemblées. Il les renverse, les simplifie, les baigne dans la couleur de l’aquarelle.

Quand il les décalque sur une autre feuille, le dessin s’épure, on n’a plus que l’essentiel de la forme. Rodin balaie la figure de peinture de couleur chair ou terre de Sienne, le modelé étant à peine suggéré.

Une magnifique série de dessins au trait continu évoque la poterie grecque ou l’art japonais. Les attitudes sont aériennes, suspendues.

Auguste Rodin, Femme nue allongée vue de dos et en perspective

Auguste Rodin, Femme nue allongée vue de dos et en perspective

© Musée Rodin. Photo : Jean de Calan

Des dessins immergés dans la couleur
A côté de ces œuvres très sobres, où les formes sont peintes en blanc, beige, sienne, Rodin explore la couleur, plongeant les formes dans un environnement imaginé à l’aquarelle rouge, bleue, verte.

La figure dessinée devient un motif autonome sur la feuille. Rodin la fait pivoter, la renverse dans des aires de couleur. Une « Femme nue de dos » est plongée dans de l’eau verte. Une « Annonciation » flotte dans l’air. Une « Femme nue allongée sur le ventre » apparaît la tête en bas, comme plongée dans un liquide bleu.

Rodin évoque les éléments, les nuages, l’aurore, l’arc-en-ciel. Un nu peint en orange, appuyé sur un sol rose, devient « Soleil couchant ». Une femme allongée, surmontée d’une masse bleue, est baptisée « Le Glacier ».

La couleur vient parfois souligner la figure, allongée sur une étoffe ou sur un fond indéfini rouge. Le plus souvent, elle est noyée dans une nappe de plusieurs couleurs, dans de l’eau, dans un nuage, dans une mousse floconneuse blanche qui peuvent la faire presque disparaître. Les couleurs se superposent, créant un univers onirique fascinant.

Avec ses dessins, Rodin a ouvert la voie à Picasso, Matisse ou Modigliani. Ils ont tous vu cette oeuvre, « même s’ils n’en ont pas forcément parlé », assure Dominique Viéville, le directeur du musée et commissaire général de l’exposition.

La Saisie du modèle, Rodin, 300 dessins 1890-1917, Musée Rodin, 79 rue de Varenne, 75007 Paris
tous les jours sauf lundi, 10h-17h45, à partir du 4 janvier, nocturnes tous les mercredis jusqu'à 21h
tarifs : 7€ (billet jumelé musée et exposition, 10€), 18-25 ans et enseignants, 5€, gratuit jusqu'à 18 ans
Du 18 novembre 2011 au 1er avril 2012