Jeanne Bardey, sculptrice méconnue, dernière élève et maîtresse de Rodin

Par @Culturebox
Mis à jour le 13/06/2017 à 14H52, publié le 13/06/2017 à 14H48
Auguste Rodin sculptant Jeanne Bardey. 

Auguste Rodin sculptant Jeanne Bardey. 

© Capture d'écran France 3 Grand Lyon

Dessinatrice et sculptrice de talent, cette Lyonnaise fut comparée à Camille Claudel. Femme indépendante et engagée, elle fut la maîtresse d'Edouard Herriot et d'Auguste Rodin, son maître en sculpture qui faillit lui léguer toute son oeuvre. La ville de Mornant, près de Lyon, où elle vécut longtemps, lui consacre une exposition. L'occasion de découvrir ses oeuvres jamais montrées pour la plupart.

Reportage : S. Adam / L. Crozat / R. Chartier

Elle était belle, intelligente et douée d'un grand talent artistique. Pourtant, Jeanne Bardey reste injustement méconnue du grand public... Ses oeuvres sont restées en sommeil dans les réserves du musée des Arts décoratifs pendant de nombreuses années. Il faudra attendre 1991, soit 37 ans après sa mort, pour que la ville de Mornant, où elle possédait une maison, lui consacre enfin une exposition. 

Jeanne Bardey

Jeanne Bardey

© Capture d'écran France 3 Grand Lyon

Pour le 145e anniversaire de sa naissance cette année, une nouvelle expo organisée à la Maison de Pays de Mornant remet en lumière cette femme d'exception. La Poste vient également d'émettre un timbre à son effigie.

timbre Bardey © La Poste

Elève et maîtresse d'Auguste Rodin 

Le peintre François Guiguet, dont elle est l'élève, l'encourage à pratiquer la sculpture et la recommande à Rodin qu'elle rencontre en 1909. Le maître l'accepte comme élève et elle devient son modèle et sa maîtresse, malgré les 32 ans qui les séparent. En 1916, voyant sa fin arriver, Rodin désigne Jeanne comme son héritière mais l'Etat français ne l'entend pas de cette oreille. Rodin accepte finalement un compromis : il donne l'intégralité de son oeuvre au musée parisien qui porte son nom, à condition que Jeanne en devienne la directrice. Mais les embûches tendues par certains empêcheront la jeune femme d'accéder à ce poste. 

Portrait de Jeanne Bardey. 

Portrait de Jeanne Bardey. 

© Capture d'écran France 3 Grand Lyon

Une grande voyageuse

Amie de l'architecte lyonnais Tony Garnier et du maire de Lyon Edouard Herriot, dont elle fut aussi la maîtresse, Jeanne Bardey s'est fait remarquer par sa grande liberté de pensée, ce qui était très rare à l'époque. Grande voyageuse et engagée politiquement à gauche, elle est allée jusqu'en URSS et en Chine pour y fonder avec sa fille une école de dessin. Très curieuse et avide de connaissance, elle a aussi beaucoup voyagé en Egypte où elle a accompagné l'égyptologue Alexandre Varille pour effectuer des relevés dans les tombes de la Vallée des Rois. 

Jeanne Bardey sculptant le buste d'Edouard Herriot. 

Jeanne Bardey sculptant le buste d'Edouard Herriot. 

© Capture d'écran France 3 Grand Lyon

A sa mort en 1954, sa fille Henriette a légué au musée des Arts décoratifs de Lyon l'oeuvre conséquente de sa mère : 600 sculptures et plus de 2000 dessins, gravures et peintures. Certaines d'entre elles ont été vendues aux enchères en 2013, notamment un portrait de Rodin en terre cuite. 

Un buste de Rodin sculpté par Jeanne Bardey. 

Un buste de Rodin sculpté par Jeanne Bardey. 

© Capture d'écran France 3 Grand Lyon