Jean-Claude Joulian, sculpteur-conteur corse inspiré par les Amérindiens

Par @Culturebox
Mis à jour le 09/04/2017 à 11H51, publié le 04/04/2017 à 15H44
Une sculpture de Jean-Claude Joulian

Une sculpture de Jean-Claude Joulian

© France 3 / Culturebox

Jean-Claude Joulian réside à Ajaccio, en Corse, où dans son atelier, il crée des personnages tout droit sortis de son imagination. Dessin, conte, sculpture ou encore peinture, tous les moyens sont bons pour s’exprimer et laisser le monde du rêve empiéter sur la réalité.

Dessinateur, bédéiste, sculpteur et même conteur, Jean-Claude Joulian est un artiste aux mille facettes. Il donne vie à des personnages fantastiques, très inspirés de la culture amérindienne. Il est aujourd’hui en train d’illustrer un conte, "Les Voyages de Timoléon".

Reportage : France 3 Corse - C. Lerouxel / J. Cappai-Squarcini / A. Girardin


Depuis toujours, il dessine. Le dessin comme exutoire à un mal-être certain, c’est en 1990, après sa dernière année de lycée, que Jean-Claude Joulian décide de partir. "C’est une année de rupture. Je n’étais pas très bien malgré les apparences. J’ai décidé de ne pas continuer les études." Il part vivre deux mois dans la forêt amazonienne. Là-bas, il s’initie à la sculpture en découvrant le monde de l’imagination, si cher aux tribus dites primitives. "Pour beaucoup de peuples amérindiens, c’est un jardinier qui s’occupe de la forêt. […] Ce n’est pas une espèce de monde sauvage, violent, qui ferait peur, c’est autre chose. C’est un monde très organisé, contrairement à ce qu’on pourrait croire."
 

Peintures entreposées dans l'atelier de Jean-Claude Joulian

Peintures entreposées dans l'atelier de Jean-Claude Joulian

© Jean-Claude Joulian

La nature, personnage omniprésent

Touché par le rapport à la nature qu’il découvre, il garde ces conceptions en tête et revient en France, où il vit reclus en ermite. Il décide de travailler le bois, son matériau préféré. Il crée alors une multitude de personnages et de créatures à qui il donne vie à travers des contes. Alors qu’il a pendant longtemps refusé de montrer son travail, il cherche aujourd’hui à le diffuser. "J’étais bien tout seul dans ma grotte, mais maintenant j’ai envie de voir ce qu’il se passe à l’air libre."


Dans "Les voyages de Timoléon",  il raconte les aventures du roi Paludion dont la femme a été transformée en graine. Paludion s’aventure dans les îles de l’encre noire, à la recherche du plus grand des jardiniers. Dans cette histoire qu’il qualifie de "drolatique", l’artiste travaille son rapport à l’autre non plus seulement en tant que semblable, mais comme un esprit doté de fonctions précises. Un voyage dans l’imaginaire, où la nature tient le rôle principal.

Alerte résultats de la présidentielle 2017
M'alerter dès que les résultats seront publiés !