Etats-Unis : les statues caricaturales de Donald Trump nu font sensation

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 19/08/2016 à 10H24
Cinq statues de Donald Trump nu ont été exposées dans plusieurs villes aux Etats-Unis. Ci-dessus, à Los Angeles.

Cinq statues de Donald Trump nu ont été exposées dans plusieurs villes aux Etats-Unis. Ci-dessus, à Los Angeles.

© JUSTIN SULLIVAN/GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP

Eclats de rire, selfies ou doigts d'honneur. Aux Etats-Unis, cinq statues peu flatteuses de Donald Trump nu ont vite été repérées jeudi par les passants. Le collectif anarchiste Indecline se cache derrière cette exposition sauvage organisée à New York, Los Angeles, San Fransisco, Cleveland et Seattle.

Donald Trump avait déjà son étoile sur le Walk of Fame, il a désormais sa statut digne du Musée Grévin - ou presque. Chevelure blonde on ne peut plus trumpienne, air maussade, sans oublier la chevalière... Cinq statues peu flatteuses de Donald Trump ont attiré les passants jeudi, exposées à New York, Los Angeles, San Fransisco, Cleveland et Seattle. Il faut dire que le candidat républicain à la Maison Blanche était complètement nu. 

A New York, la caricature a fait sensation quelques heures avant d'être détruite par les autorités. Elle était apparue sur Union Square, lieu traditionnel de détente et de rencontres. Sur son son socle, une plaque affirmait que "l'empereur n'a pas de couilles". Deux employés du service des parcs de New York l'ont arraché. Après le socle, ils se sont attelés à détruire les pieds de la statue avec des bêches, avant de la réduire en miettes. "L'installation d'une structure ou oeuvre d'art non autorisée dans la ville est illégale", a indiqué un porte-parole à l'AFP.

"Tout le monde rigolait et prenait des photos"

Toute la matinée, la statue avait produit son petit effet, les passants s'arrêtant pour la photographier, ou poser pour un selfie avec ce clone de Trump bedonnant, à la minuscule virilité. "C'était drôle. Tout le monde rigolait et prenait des photos", a confié Rahshawn Gilmore, 22 ans, qui travaille dans une boutique du quartier. Pour lui, la statue n'avait rien de choquant, tout en admettant que d'autres pouvaient penser différemment, vu que des enfants "tournaient autour". En riant, il ajoute : "C'était bien fait, ils ont eu du mal à la mettre en pièces." Peri Fisher, 48 ans, regrette même sa destruction. "C'est une figure publique, les figures publiques peuvent être objet de moquerie. Cela fait partie du mode de vie américain", a-t-elle commenté.

Une exposition organisée par un collectif anarchiste

Basé en Californie, le collectif anarchiste Indecline se cache derrière cette exposition sauvage. Sur Instagram, il a diffusé jeudi soir une vidéo montrant la fabrication de cinq statues identiques du candidat républicain à la Maison Blanche, en glaise et silicone, à partir d'un  moule.