"Chairs des Origines" d'Elisabeth Daynès : c'est Néandertal qui te regarde

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 17/06/2014 à 17H38
Le travail d'Elisabeth Daynès. Deux étapes de la néandertalienne.

Le travail d'Elisabeth Daynès. Deux étapes de la néandertalienne.

© France 3 / Culturebox

La sculptrice et paléoartiste Elisabeth Daynès propose au Pôle International de la Préhistoire aux Eyzies-de-Tayac en Dordogne, "Chairs des origines" Cette exposition à la frontière de la science, de la médecine légale et de l'art interpelle le visiteur qui se retrouve face à des reproduction hallucinantes de vérité des visages de nos ancêtre néandertaliens.

Avec Elisabeth Daynès, le visiteur de l'exposition "Chair des origines " navigue à la limite entre l'art et la science. Ce qu'il découvre est tout simplement fascinant. Les visages qui lui font face, au regard étonnament vivant ont pourtant quitté la surface de notre terre il y a 20 000 ans !

A partir du moulage de crânes retrouvés lors de fouilles archéologiques, et grâce à des techniques de médecine légale utilisée par la police pour identifier des victimes, elle a pu redonner un visage à ces ossements.Elmle l'avait déjà réussi avec la fameuse Lucy et même Toutankhamon. Il n'y a pas que des visages ou des bustes, le visiteur fait également face à l'individu debout, vêtu comme à son époque. Homme, femme, chacun peu s'identifier, se projeter dans l'époque.

Reportage : Ph. Niccolaï / P. Tinon / A. Cassar
Le temps aboli
Le résultat est déroutant. Oui, ce sont bien des êtres humains, comme nous. Non, ils ne sont pas nos frères et nos soeurs, certains détails différent trop pour que nous puissons un jour croiser Néandertal dans la rue. Mais le trouble vient de l'extraordinaire présence de ces visages qui paraissent abolir les millénaires. Le regard qui se plante dans le nôtre vient de la nuit des temps. Elisabeth Daynès utilise ce trouble et, à l'aide de diverses techniques y ajoute sa vision d'artiste. De paléoartiste. La démarche ajoute donc à cette évidence qui nous interpelle, le discours subjectif de la plasticienne.

Huit hommes et femmes
Mais elle ne se limite pas à montrer les huit néandertaliens reconstitués. Pour chacun d'eux, le visiteur, suit les étapes qui séparent le crâne nu du visage "habité" par cet extraordinaire regard. Cette re-création tient à la fois de la démarche artistique et de la patience scientifique. Le résultat nous le rappelle : nous avons plus de points communs que de différences avec ces hommes des débuts. 
L'affiche de l'exposition "Chairs des Origines"

L'affiche de l'exposition "Chairs des Origines"

© DR

Exposition "Chairs des origines" 

du 13 juin au 3 octobre 2014 
Pôle International de Préhistoire 
Les Eyzies-de-Tayac, Dordogne