A Antibes, la dérangeante épave-baleine de l'artiste Pleks cherche un mécène

Par @Culturebox
Mis à jour le 19/06/2017 à 10H46, publié le 18/06/2017 à 16H52
Un voilier transformé en baleine à Antibes, du street art à Antibes 

Un voilier transformé en baleine à Antibes, du street art à Antibes 

© France Télévisions/culturebox

C'est une oeuvre encombrante pour la municipalité d'Antibes, surtout avant l'arrivée des vacanciers. Exposée sur la pointe de Lilette, c'est l'épave d'un voilier transformée en baleine ensanglantée. Ce projet artistique signé Pleks, un artiste de street-art engagé, pourrait tomber à l'eau faute de mécène.

Une oeuvre qui dérange

Une oeuvre d'art est -elle nécessairement belle ? C'est l'un des sujets du bac de philosophie 2017 et l'oeuvre du graffeur- plasticien Pleks aurait parfaitement illustré le propos ! Exposée sur la pointe de Lilette à Antibes, la baleine ensanglantée qu'il a réalisée avec l'épave d'un voilier, choque et dérange les passants. Et si la bestiole s'éternisait, ne risquerait-elle pas de faire fuir les touristes cet été ?

Loin d'être esthétique, cette oeuvre interroge sur la protection des animaux marins. Citoyen engagé,  Pleks tire son inspiration de ses multiples voyages. Il a exposé au Danemark, au Brésil, et en France. Grâce à ses sprays et son utilisation de l'aérographe, il alerte sur les maux de notre monde contemporain. "C'est de l'art qui dénonce. Ce n'est pas fait pour séduire", revendique l'artiste.

Reportage : Pascal Varnier - Frédéric Tisseaux - Isabelle Roy - Katharina Schmid 

La baleine tombera-t-elle à l'eau ? Oui, faute de mécène

Cette oeuvre est en fait une commande de la ville, inscrite dans le cadre de la semaine européenne de l'environnement et du développement durable du 30 mai au 5 juin. La ville souhaite à présent se débarrasser de cette oeuvre devenue encombrante. Cela doit rester de l'art éphémère.

Si aucun mécène ne se manifeste avant le 15 juillet, la baleine pourrait bien finir dans une benne. Une page de soutien a été crée pour Pleks sur les réseaux sociaux.

L'artiste, qui est aussi tatoueur, est très connu dans la région. Avec Otom et Moustache Bleue, il a posé son regard en 2016 sur les palissades du tramway de Nice. Son "Green Power" représentait le visage d'une jeune femme symbolisant dame nature, le visage dubitatif et le regard porté sur le passant. Dans sa chevelure, des centaines de tags comme autant de slogans et d'idées pour un monde meilleur.