Salon Maison & Objet 2014 : énergie, échanges, écologie, espoir...

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 05/09/2014 à 19H04
Hanna-Emilie Ernsting : Petstool (petite friture) / vase de Liam Reeves (copyright : Sylvain Dely)

Hanna-Emilie Ernsting : Petstool (petite friture) / vase de Liam Reeves (copyright : Sylvain Dely)

Une nouvelle fois, le salon Maison & Objet s'installe au parc des expositions Paris Nord Villepinte et ce jusqu'au 9 septembre. 250 000 m² de stands, 3000 exposants. Tout savoir sur les créateurs et les nouvelles tendances. Particularité cette fois ci : les créateurs semblent heureux... Mais oui... Décryptage et visite dès la première heure d'ouverture.

Bienvenue dans la société du partage
L’an dernier, j'avais un peu boudé le salon Maison & Objet car j'avais été déçu par l'édition précédente. En ce septembre 2014, j'ai donc décidé d'y retourner, d'autant que le thème général est positif et séduisant : le partage. Belle idée et vaste programme... C'est vrai qu'avec l'omniprésence de l'informatique dans notre quotidien, les réseaux sociaux, les objets connectés, les échanges sont continuels. Mieux, le tendanceur François Bernard de l'Agence Croisements précise : "Des centaines de milliards de processeurs dissociés les uns des autres sont potentiellement connectables grâce aux ondes magnétiques". Et il ne faut pas oublier que le salon est lui-même un lieu de partage puisqu'il rassemble une large communauté de professionnels. Mais comment les designers vont-ils réussir à imposer ou suggérer cette idée de sharing (partage) dans leurs créations, j'ai hâte de voir ça. "La Génération G comme Générosité bashe le cynisme et like le Nous" affirme le dossier de presse dans un langage qui se veut tendance...La sortie du RER est située en plein milieu de l'immense parc des expositions de Villepinte. Autour de moi, c’est à celui qui marchera le plus vite. Exposants, commerciaux, professionnels du meuble, attachés de presse, journalistes : tout le monde coure. Il est 9h. La gigantesque ruche du salon Maison & Objet s'éveille. Cette année, elle ouvre grand les bras aux nouvelles technologies et affiche son envie de nouveaux horizons. Vérification :

Un vent d'air frais ?
Le Hall 8 porte sur sa façade un slogan attrayant :" Now ! design à vivre".
Le Hall 8 de Salon Maison & Objet

Le Hall 8 de Salon Maison & Objet

© T. Hay
C'est là qu'exposent les jeunes designers, les petits labels qui veulent jouer dans la cour des grands, des nouveaux venus de plus en plus nombreux, souvent français, qui témoignent de la bonne santé du design français. J’entre et tout de suite je suis frappé par l'éclectisme de ce que je vois.

Rassemblement
Bénédicte de Lescure présente une table qui, à elle seule, pourrait résumer tout le salon 2014 : le souci du confort mais aussi l'envie d'une vraie simplicité. Sa table est on ne peut plus simple, mais avec un dessin très sûr. Elle est composée d'un tréteau architecturé en frêne massif et d'un plateau en médium laqué Linoleum. Elle peut donc se ranger facilement le long d'un mur et se prêter.
"Only one" de Bénédicte de Lescure - diamètre : 1,30 m - médium, linoleum

"Only one" de Bénédicte de Lescure - diamètre : 1,30 m - médium, linoleum

© DR
Je pense que cette table est un bel exemple pour le thème du partage puisque sa vocation est de rassembler. Dans le même hall j'ai bien aimé la chaise T14 de Patrick Norguet : une silhouette qui s'impose, un design très efficace... Aux antipodes : baroque à souhait, ce fauteuil- roses de l'italien 13 Ricrea. Si vous n'êtes pas un champion du ménage, mieux vaut éviter car il est constitué d'une multitude de roses en feutre qui pourraient bien attirer la poussière. Il arbore un joli bleu gitane ou un violet cyclamen et il a fière allure.... Je continue ma visite, il y a de plus de monde. Un vrai coup de cœur pour la lampe de chez Maiori. Avec sa lumière douce j'ai tout d'un coup l'impression de me retrouver dans un lodge en Afrique.
Lampe indoor et outdoor maiori 

Lampe indoor et outdoor maiori 

© DR
Drôles d'animaux
"Petite friture" est une société de design très dynamique et bien connue dans le milieu. Elle expose des tabourets incroyables nommé Petstools. Ils illustrent une autre tendance actuelle : l'envie d'être bien chez soi, de se créer un petit nid douillet. Ils ont des allures d'animaux étranges mais sympathiques. Surtout, ils ils permettent de glisser les pieds bien au chaud. Astucieux pour les longues soirées d'hiver. L'ensemble est assez amusant et détonnant.....
Petstools Daisy de Hanna-Emilie Ernsting (Petite Friture)

Petstools Daisy de Hanna-Emilie Ernsting (Petite Friture)

© DR
Sur le même stand, je découvre une horloge poétique. C’est une création de Milya Seyppel qui tient son propre atelier de design à Hambourg. Elle est une ancienne élève de l'université Bauhaus à Weimar et ses travaux ont gagnés de nombreux prix de design à travers le monde. J'observe son horloge réduite à l'essentiel et qui illustre à la perfection l'idée du temps qui passe. Mylia Seyppel a inversée les proportions entre le cadran et les aiguilles, tout simplement. Les longues aiguilles dessinent sur le mur une image en mouvement. C’est une horloge-spectacle qui me rappelle celle qui ornait, il y bien longtemps, les téléviseurs de nos grands parents....
Horloge Less de Mylia Seyppel (Petiture Friture) - diamètre : 52 cm - Laiton et aluminium anodisé

Horloge Less de Mylia Seyppel (Petiture Friture) - diamètre : 52 cm - Laiton et aluminium anodisé

Now la palme
Comme chaque année, un jury a désigné le créateur Now design à vivre. En 2014, c’est Philippe Nigro, jeune homme au grand talent qui remporte la palme. J'observe avec attention son canapé convivial qui devrait favoriser les échanges. Il est composé de trois structures juxtaposées qui forment un ensemble cohérent et sympathique...
Canapé Confluences de Philippe Nigro

Canapé Confluences de Philippe Nigro

© DR
Les petits nouveaux
Il y a cette année beaucoup de petits nouveaux. "Arturas" en fait partie. Ce jeune créateur d'origine lituanienne réinterprète l'art du pliage et de l'origami" Ses luminaires que j'observe avec attention présentent un habile mélange entre un souci esthétique et une prouesse technique. Il commence par s'amuser avec du papier, puis il passe sur l'ordinateur pour concevoir la forme finale. Il utilise du plastique (polypropylène) car le matériau doit être rigide pour bien tenir le pliage. A l'arrivée : des luminaires aux formes très sures, en voici un :
Arturas Sargaitis : luminaire

Arturas Sargaitis : luminaire

© DR
Allez, encore un nouveau : Cry Holmskov et son tabouret "Angel 65" : un siège minimaliste en acier....
Tabourets de Cry Holmkof (Angel 65)

Tabourets de Cry Holmkof (Angel 65)

© DR
Et tout d'un coup je croise Edmond chez AO Gitsune. Edmond est un luminaire français "origamique", en forme de crâne. Il peut s'habiller de noir, d'orange de blanc ou de bleu, mais surtout Edmond possède un super pouvoir : il peut être en lévitation grâce à un petit socle prévu pour. Edmond est en fait une vanité moderne, il adresse un petit coup d'œil à toutes les natures mortes de la grande peinture du XVI et XVII siècle.... 
Ao Gitsune : luminaire en forme de crâne (Edmond)

Ao Gitsune : luminaire en forme de crâne (Edmond)

© DR
Talents à la carte
C’est une présentation des designers émergents (Je vous en proposerais d'autres dans mon prochain article : Paris Design week - Now le off à la cité de la mode). Mais pour l'instant je suis à Villepinte dans le brouhaha. Le tabouret de Fabien Cappello mélange une belle sensualité à une grande simplicité. Question confort... strict minimum....
Tabouret Christmas Stool : Fabien Cappello

Tabouret Christmas Stool : Fabien Cappello

© Angel Moore
Les stars de l'année
Des stars, cette année, il y en deux : un couteau de Laguiole tout noir en hommage au peintre Soulages et un décorateur : Tom Dixon..... Il est le créateur Maison & Objet 2014, un titre convoité dans la profession. Je dois dire que son fauteuil " Wingback", datant de 2010, mérite de rentrer dans l'histoire du design. Il s'impose avec douceur. Il apparaît comme une évidence, mais cela ne doit pas faire oublier le travail derrière. Pour moi, il symbolise aussi à merveille notre société à la recherche de plus de simplicité, désireuse d'échanges et dans le même temps soucieuse de son petit confort... 
Tom Dixon : wingback chair (2010)

Tom Dixon : wingback chair (2010)

© Tom Mannion
Nouvelles technologies et zénitude
Ne ratez surtout pas , au fond du hall 7, plusieurs expositions regroupes sous le nom de Sharing. L'équipe de créatifs japonais Kappes y présente un cercle dans lequel des gouttes d'eau évoluent, se frôlent, s'évitent. C’est aussi fascinant qu'un feu de cheminée. Evidement tout cela est ordonné par un ordinateur et un savant programme informatique. A deux pas, j'admire l'installation Inaho de Hideki Yoshimoto. Elle aussi incite à la méditation et au calme. Au bout de longues et fines tiges en fibre de carbone, des LED se balancent doucement comme une graminée. C'est d'une douceur et d'une poésie incroyable. Elisabeth Leriche, elle, présente " Words", un espace ou les mots sont à l'honneur. Je remarque des vases recouvert d'une structure en perles. Ce sont les œuvres de cinq femmes d'Afrique du Sud qui racontent, à travers ces perles leurs histoire : l'apartheid, l'amour, la confrontation avec la mort. C’est aussi un hommage au travail artisanal des perles chez les zoulous. 

Toujours simple
Puisque qu'une simplicité étudiée semble être le sujet principal de ce salon réservé aux professionnels, je vais conclure avec une petite lampe qui ne demande qu'à glisser dans les salons et les chambres : la lampe " tout schuss de Actiligne. Plus simple tu meurs... Pourtant, cette petite lampe décontracté est pour son créateur et éditeur Benoit Chabert une œuvre identitaire. Chabert est né à Chambéry, au cœur des Alpes, et cette petite lampe serait un petit hommage sans prétention à l'univers alpestre. Elle raconterait " l'histoire d'un lieu, d'un savoir faire et d'une culture"... 
Actiligne : lampe tout schuss - longueur : 27 cm - hauteur : 14 cm.

Actiligne : lampe tout schuss - longueur : 27 cm - hauteur : 14 cm.

© DR
Il est temps de partir, comme la dernière, je n'ai pas vu tant d'audace que cela, mais j'ai assisté à un salon dynamique, altruiste, soucieux d'accueillir, malgré la crise, le lendemain. Mieux, selon le tendanceur Vincent Grégoire, non seulement les designers ont envie de changement mais ils parient désormais sur un " Yes future". Exit le "No future". Mais attention, ce "Yes Future" des créateurs serait stylé, précieux, simple mais capable de fantaisie. Oh la là, que des bonnes nouvelles pour cette rentrée. J’en reste bouche bée...

Petite balade dans les allées du salon avec ce reportage de France 3 Paris-Ile-de-France :
Salon Maison & Objet - du 5 au 9 septembre au Parc des Expositions de Villepinte. Réservé aux professionnels