Red Dead Redemption : quand le jeu vidéo confine au 7ème art

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 26/06/2010 à 11H05
Red Dead Redemption : quand le jeu vidéo confine au 7ème art

Red Dead Redemption : quand le jeu vidéo confine au 7ème art

© Culturebox

"Red Dead Redemption", "Alan Wake" : voici deux jeux vidéos qui renouvellent le genre et qui connaissent un succès énorme dans le monde, en cette fin de premier semestre 2010. Le premier explore l'univers du western, le second des thrillers américains. Les deux ont un fini proche du cinéma.

Red Dead Redemption est un jeu développé par le géant américain Rockstar sur le même modèle que ses célèbres GTA; c'est à dire qu'il ouvre au joueur un gigantesque terrain où fouiller, enquêter, agir, dans le sens et l'ordre qu'il le souhaite. Pour le côté western, c'est quasiment une première dans l'univers du jeu vidéo. Il y avait déjà eu quelques essais, mais rien d'équivalent, d'aussi fouillé et documenté. Quant au scénario, puisqu'on est ici dans un univers proche du cinéma, il est question d'un héros solitaire : Luck... non, John Marston. C'est un ancien criminel, rangé pour cause de famille. Mais le gouvernement ne l'entend pas de cette oreille, il kidnappe femme et enfant, et demande au cavalier d'aller faire le ménage, et de tuer ses anciens amis brigands.
Alan Wake, lui, évolue dans l'univers des thrillers littéraires et cinématographiques américains. Le jeu a fait forte impression depuis sa sortie par l'éditeur Remedy. C'est l'histoire d'un écrivain retiré à la campagne avec sa compagne. Celle-ci disparaît, et un mystérieux livre surgit, le plongeant entre horreur, fiction et réalité.

A voir aussi sur Culturebox :
- Les jeux vidéos connaissent la crise (Lyon, janvier 2010)
- La réalité augmentée, quand le virtuel s'incruste dans le réel (décembre 2009)
Festival Gamerz, quand le jeu vidéo devient art contemporain (janvier 2009)