Photographies de Mathilde de L’Ecotais: venez déguster ses "Best of"

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 08/02/2012 à 09H32
  • New York, Cucumbermail
  • Navet
  • Menthe
  • Raisin
  • Zest
  • Poulpe
  • Gold Fish
  • Poivrons
  • Calamar
  • Truffe
Précédent Suivant
Précédent Suivant
  • New York, Cucumbermail
    New York, Cucumbermail © © Mathilde de L'Ecotais
  • Navet
    Navet © Mathilde de L'Ecotais
  • Menthe
    Menthe © Mathilde de L'Ecotais
  • Raisin
    Raisin © Mathilde de L'Ecotais
  • Zest
    Zest © Mathilde de L'Ecotais
  • Poulpe
    Poulpe © Mathilde de L'Ecotais
  • Gold Fish
    Gold Fish © Mathilde de L'Ecotais
  • Poivrons
    Poivrons © Mathilde de L'Ecotais
  • Calamar
    Calamar © Mathilde de L'Ecotais
  • Truffe
    Truffe © Mathilde de L'Ecotais

Après avoir signé, en 2011, "L'Essence du goût", un ouvrage consacré aux aliments avec de superbes photos en version macro, Mathilde de L’Ecotais expose une sélection de ses « Best of », des photographies qui sont pour elles "révélatrices de sens", du 26 janvier au 10 mars 2012.

Mathilde de L’Ecotais a d’abord été photo-reporter pour l’AFP, l’agence Sygma ou L’Express. Elle fait le tour du monde pendant dix ans, photographiant tout aussi bien les gangs de Los Angeles que les Papous d’Indonésie. Sa rencontre, en 2001, avec Alain Ducasse chamboule sa vie professionnelle et provoque un tournant dans son travail. Depuis, bouleversant les codes établis, elle célèbre, de façon inédite, l’art culinaire des grands chefs, dont celui de Thierry Marx, son complice, avec lequel elle collabore depuis 4 ans.

Cette autodidacte se considère comme un témoin: « Je ne transforme pas les matières. Je les photographie dans leur état brut. ». C'est un regard au coeur de la matière, à travers lequel elle nous invite dans un monde où les infinis, petits ou grands, se confondent.

Une nouvelle vision de la photographie culinaire
A contre courant, son regard épuré, ses cadrages audacieux et sa manière de dématérialiser les aliments du quotidien, la distinguent des photographes gastronomiques classiques en entraînant la photographie culinaire vers une esthétique personnelle: « Mon regard place la gastronomie dans un cadre différent, affranchi de toute convention. ». Sa maîtrise de l’imagerie numérique lui permet de jouer subtilement avec la lumière et la transparence des produits. Déstructurer ou sublimer l’image pour surprendre et donner une deuxième vie, une autre signification au produit. Par cette mise en scène rigoureuse, les aliments révélent, sans aucune retouche, leurs sens et leurs textures...

Elle exploite différents médiums artistiques: films, installations vidéo, livres, design culinaire, décoration et parcours sensoriel. « Ma photo est tournée vers la vie. L’infiniment petit ressemble à l’infiniment grand. Pour moi, un oeuf de saumon est une planète » explique Mathilde de l'Ecotais.
Du 26 janvier au 10 mars 2012. Bulthaup Odéon. 14, rue Monsieur Le Prince Paris. 75006 . Du lundi au samedi de 10h30-18h30