"Wall on Wall" : les tensions du monde exposées sur les restes du mur de Berlin

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 09/07/2013 à 18H08
Installation de photos de Kai Wiedenhoefer sur le mur de Berlin

Installation de photos de Kai Wiedenhoefer sur le mur de Berlin

© PAUL ZINKEN / DPA / DPA PICTURE-ALLIANCE/AFP

Des photos au format géant représentant les zones frontalières où règne la plus forte tension dans le monde ont commencé à être exposées mardi sur des pans de l'ancien Mur de Berlin, symbole de la division du monde pendant 28 ans. Il s'agit de l'exposition "Wall on Wall" de l'allemand Kai Wiedenhöfer.

Trente-six clichés panoramiques en couleur ont été affichés sur les restes du mur de Berlin. Pris en Irlande du Nord, en Irak, à Chypre, en Cisjordanie mais aussi au Maroc, en Corée du Nord et du Sud, et à la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique, ils représentent des murs dans les zones de tension au monde.
 
Oeuvre du photographe allemand Kai Wiedenhöfer, l’exposition "Wall on Wall" illustre la vision de l’artiste prouvant l’inutilité des murs. "Les murs ne sont pas une solution aux problèmes politiques les plus importants aujourd'hui”, explique cet homme de 47 ans, “et je pense que le Mur de Berlin en est la meilleure preuve".

L'idée des murs obsolète
 
Ses photos, prises au cours de 20 voyages entre 2003 et 2012, recouvrent des parties de l'"East Side Gallery", un tronçon de béton d'1,3 kilomètre qui constitue le plus grand vestige du Mur ayant divisé cette ville de 1961 à 1989.

"Pour moi peu importe si le conflit est religieux, national ou économique, l'idée que vous pouvez régler un conflit en construisant un mur est juste obsolète depuis 1989" et la chute du Mur de Berlin, ajoute l'artiste, précisant avoir dû batailler pendant cinq ans avec les autorités berlinoises pour obtenir le feu vert à son exposition.

Des murs érigés après 1989
 
"La chute du Mur de Berlin a été le l'événement politique le plus enthousiasmant de ma vie et nous pensions à l'époque : c'est fini, nous avons un monde libre et sans murs, mais ce que vous voyez ici ce sont des murs qui ont été érigés après 1989", a encore souligné M. Wiedenhöfer.
 
Kai Wiedenhöfer, qui a en partie financé son projet par une souscription sur Internet, a déjà obtenu plusieurs prix internationaux pour son travail au Proche-orient et a suivi avec attention la construction de la barrière de séparation israélienne en Cisjordanie. Il espère attirer 200.000 visiteurs jusqu'au 13 septembre.
 
Exposition “Wall on Wall” à Berlin, jusqu’au 13 septembre