Voir le monde autrement avec Visa pour l'image

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 24/08/2011 à 09H23
Voir le monde autrement avec Visa pour l'image

Voir le monde autrement avec Visa pour l'image

© Culturebox

Le Festival du Photojournalisme Visa pour l'Image est le rendez-vous, dès le  27 Août jusqu'au 11 septembre, des amoureux de la photographie. Pour cette 23ème édition, des expositions, projections et rencontres autour des évènements qui ont fait l'actualité cette année, mais traités de manière superficielle par les médias.

Exit l'affaire DSK ou le mariage de Charlène et Kate....."Fukushima et les répercussions sur nos vies", "La situation en Haïti, la Côte d'Ivoire et le Sud du Soudan. Voilà les thèmes de fond traités par Visa pour l'image. Le festival  continue de hurler à la face du monde et de montrer ce qui ne va pas, sans faux semblants. La qualité existe toujours même si elle est de plus en plus rare. Implanté depuis plus de 20 ans à Perpignan, Visa pour l'Image regroupe le plus grand nombre de photojournalistes et représentants des plus célèbres titres de la presse internationale. Jocelyn Bain Hogg présentera son travail sur la mafia anglaise. Peter Dench, lui, révèle dix ans de travail autour de sa 'Version non censurée' de l'Angleterre. Shaul Schwarz présentera un reportage saisissant sur 'La culture narco' tandis que Brian Skerry du National Geographic offrira une respiration au milieu des raies manta et des murènes de son 'Ocean soul'. Et bien sûr, parmi les incontournables, le formidable travail de Joào Silva sur l'Afghanistan. Une exposition en forme d'évidence pour VISA qui rendra ainsi hommage à l'un des photoreporters les plus doués de sa génération et qui a perdu ses jambes en exerçant son métier. Le photographe du New-York Times est d'ailleurs attendu à Perpignan pendant le festival.

- >> A voir aussi sur Culturebox

- les autres éditions de Visa pour l'image
- Dans-le-sillage-de-XXI-la-nouvelle-revue-6-mois-dediée-au-photoreportage
- Gaza-2010-regards-sur-une-terre-meurtrie-par-Kai-Wiedenhofer