VIDEO. Dans la tête de Michel Houellebecq, photographe au Palais de Tokyo

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 23/06/2016 à 11H51

Michel Houellebecq s'expose au Palais de Tokyo dans une "installation" de 18 salles et de nombreuses photos où il décline ses obsessions : le vide de l'existence moderne, le sexe... et la mort de son chien. Reportage : N.Lemarignier, H.Pozzo, G.Genot, J.Pires.

Cérébral Kaléidoscope des pensées tourmentées de l'écrivain français le plus controversé, l'exposition est intitulée "Rester vivant", qui est aussi le titre d'un de ses recueils. Au fil de ces "chambres poétiques", selon l'expression de Jean de Loisy, le commissaire de l'exposition, on découvre des photos mais aussi  une collection de sets de tables touristiques, un bar - où l'on peut fumer et boire de la bière - , un "tombeau" dédié à son chien Clément, une machine qui mélange des encres. "Ça peut être un artiste pessimiste parfois, inquiet de l'état du monde mais il y a aucun cynisme, aucune méchanceté dans son travail. Il y a un regard acéré. " explique encore Jean Loisy au micro de France 2.

Clichés sur Houellebecq

On savait Michel Houellebecq bon photographe et la place que tient ce médium dans sa vie. Aux péages d'autoroutes et aux grands ensembles d'Avalon, près de Paris, ou il a passé son enfance, succèdent des paysages désertés et poussiéreux autour d'Almeria (Espagne), des images bucoliques de la Dordogne. "J'ai vécu mon adolescence dans une zone qui était très transformée par Euro Disney , c'est devenu quelque chose de très bizarre. La première idée qui vous vient, c'est qu'on a pas vraiment envie d'y habiter" précise  l'écrivain photographe. 

"Dans son ensemble, le monde fonctionne dans un silence terrible", dit aussi Houellebecq, 60 ans, dans le catalogue de l'exposition.