Une exposition de photos d'Olivier Ciappa contre l'homophobie vandalisée à Toulouse

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 06/12/2015 à 17H48
Les photos de l'exposition contre l'homophobie vandalisées à Toulouse.

Les photos de l'exposition contre l'homophobie vandalisées à Toulouse.

© Emmanuel Wat/France 3 Midi-Pyrénées

Une exposition du photographe Olivier Ciappa contre l'homophobie a été vandalisée dans la nuit du 4 au 5 décembre sur un grand rond-point de Toulouse. Les clichés, affichés sur les grilles d'un parc montrant des couples homosexuels et hétérosexuels enlacés ou encore des familles homoparentales, ont été déchirés ou couverts de graffitis comme "PD" ou "Honte".

L'exposition française présente des anonymes comme des célébrités, dont Elie Semoun, Cécile Duflot, Roselyne Bachelot, Mireille Darc ou encore Lara Fabian, a expliqué Olivier Ciappa par téléphone à l'AFP. Le photographe français est actuellement à Los Angeles où il prépare une autre exposition avec des stars américaines.

Reportage : E. Watt, D. Gerard, S. Le Beon.

Des photos" tendres et aimantes"

"Ce sont des photos très douces, tendres et aimantes que j'ai faites pour les homophobes plein de préjugés et de peurs", a-t-il ajouté. Selon lui, "six jeunes violents" ont été vus en train d'endommager l'exposition qui vise à lutter contre l'homophobie et à "rassembler ceux qui sont pour ou contre le mariage pour tous".

"Cette violence intervient à deux jours des élections. A deux jours d'un futur succès presque assuré aux régionales du FN. Ce même FN qui vient quand même d'annoncer vouloir supprimer l'intégralité des subventions aux  associations LGBT s'il était élu", écrit encore Olivier Ciappa, sur sa page Facebook, appelant à combattre l'assertion que "l'homophobie n'existe pas".

"En réponse aux vandales abrutis de Toulouse, biz @Olivier Ciappa", a tweeté l'ancienne ministre Roselyne Bachelot. "L'imbécilité a de beaux jours devant elle, mais nous sommes résistants aussi. Je vs embrasse @Olivier Ciappa", dit dans son tweet la journaliste Audrey Pulvar.