Urban Climbing : Siirvgve, la mort à 18 ans d'un photographe urbain de l'extrême

Par @Culturebox
Mis à jour le 26/01/2017 à 17H02, publié le 25/01/2017 à 18H02
Maxime Sirugue sur un bâtiment lyonnais

Maxime Sirugue sur un bâtiment lyonnais

© siirvgve

Maxime Sirugue, alias Siirvgve, photographe adepte de l'Urban Climbing est mort à la mi-janvier 2017. Il n'avait que 18 ans. Le jeune artiste a été victime d'un accident alors qu'il avait gravi un pont lyonnais au dessus d'une voie de chemin de fer à proximité du musée des Confluences. Le jeune artiste publiait ses superbes clichés sur son compte Instagram. Rappel : l'Urban Climbing est interdit.

Maxime Sirugue est la dernière victime en date de l'Urban Climbing. Cette discipline consiste à escalader en toute illégalité les bâtiments et les monuments, sans sécurité et souvent au péril de sa vie. A Lyon, Maxime Sirugue, alias @Siirvgve, était sans doute le plus connu. Ses photos prises dans les situations les plus dangereuses, mais aussi sur des lieux en  déshérance, portait la marque d'un véritable regard artistique.

Reportage : Paul Satis / E. Patricio / C. Boutain


Son travail, car d'un point de vue photographique c'en était vraiment un, permettait de découvrir la capitale des Gaules sous des angles encore inconnus : du haut de la tour des télécommunications de Fourvière, d'une grue en pleine ville ou encore depuis le faîte de l'Hôtel-Dieu qu'il avait au préalable gravi à mains nues. Au moment de son décès, il avait publié quatre-vingt cinq photos sur son compte Instagram qui comptait de plus en plus d'abonnés.

 

48. Metallic tower

Une photo publiée par Maxime Sirugue (@siirvgve) le



Avant Maxime Sirugue, d'autres pratiquants de l'Urban Climbing ou Urbex (pour Urban Exploration) ont perdu la vie en pratiquant cette discipline interdite. Florian Terrasson est mort en juin à Dreux. Le soir de la Saint-Sylvestre, Nye Frankie Newman, un Britannique de 17 ans était mort à Paris alors qu'il pratiquait une discipline du même genre : le "parkour" qui consiste notamment à se tenir sur des trains ou des métros en marche. Maxime Sirugue associait à l'exploit une démarche artistique. La question se pose : une photo, même magnifique, vaut-elle de risquer sa vie ? 

 

82. Because why not

Une photo publiée par Maxime Sirugue (@siirvgve) le

 

14. Basics

Une photo publiée par Maxime Sirugue (@siirvgve) le


Lyon vu par

Lyon vu par

© @siirvgve

La photo "officielle" de Maxime Sirugue alias @Siirvgve

La photo "officielle" de Maxime Sirugue alias @Siirvgve

© Siirvgve