Sabine Weiss exposée au Salon de la photo : "Je photographie ce qui me touche"

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 13/11/2014 à 15H17
Sabine Weiss regarde un de ses tirages dans son atelier parisien (11 novembre 2014)

Sabine Weiss regarde un de ses tirages dans son atelier parisien (11 novembre 2014)

© Miguel Medina / AFP

Le Salon de la photo présente une rétrospective de son travail : l'œil malicieux et le verbe carré, la photographe suisse Sabine Weiss, 90 ans, évoque sans détour sept décennies d'une carrière multiple entre reportages au long cours, photos de mode de chroniques du quotidien.

Sabine Weiss a choisi elle-même les 144 photos qui sont exposées à la Porte de Versailles, parmi les milliers qu'elle a prises au cours de sa carrière. "Je ne sais pas combien j'ai fait de  photos, dit-elle, de toute façon, ça ne veut pas dire grand-chose. Parfois sur 20 films, il n'y pas une photo qui soit bonne et d'autres fois, sur un seul film, il y en a plusieurs d'excellentes", explique Sabine Weiss  à l'AFP dans son petit appartement au fond d'une cour du 16e  arrondissement.
Sabine Weiss, 1954

Sabine Weiss, 1954

© Sabine Weiss
 
"Moi, j'étais photographe"
 
Née en Suisse en juillet 1924, elle a débuté à Paris comme assistante d'un grand photographe de mode, Willy Maywald, avant d'intégrer sur proposition de Robert Doisneau l'agence Rapho et de travailler pour les plus grands magazines américains (Time, Life, Esquire, Fortune, Newsweek...).
 
Un parcours éclectique, en couleur comme en noir et blanc, que Sabine Weiss revendique. "Moi j'étais photographe", répond-elle fièrement quand on évoque la spécialisation dans la photo actuelle. "Je faisais un reportage dans un pays, je photographiais quelqu'un de connu, je faisais une couverture de disque....".
 
Sabine Weiss  avait aussi son jardin personnel : des scènes de la vie quotidienne, souvent nocturnes, quand elle arpente Paris avec son mari, le peintre américain Hugh Weiss, devenues pour certaines des icônes. Les enfants y sont souvent présents : "C'est amusant de jouer avec les enfants de la rue."
Sabine Weiss, Montmartre, Paris, 1952

Sabine Weiss, Montmartre, Paris, 1952

© Sabine Weiss
 
"Je suis un artisan"
 
Son intérêt pour la vie simple des gens lui vaut d'être classée dans l'école humaniste aux côtés de Robert Doisneau, Edouard Boubat, Willie Ronis ou Izis. Une proximité sur laquelle elle reste discrète. "Je photographiais ce qui me touchait personnellement", se contente-t-elle d'expliquer, avant d'ajouter : "Je ne pense pas qu'il faut dire que je suis une artiste, je suis un artisan."
 
"Bien sûr, il y a un fondement artistique, il faut avoir un oeil, mais la  photo est un travail très manuel." Elle évoque le casse-tête pour calculer les temps de pose. "C'était beaucoup plus difficile que maintenant, les films étaient très lents."
Sabine Weiss, Inde, 1998

Sabine Weiss, Inde, 1998

© Sabine Weiss
 
"Le numérique, c'est formidable, ça fait la netteté, le temps de pose, les objectifs sont merveilleux", ajoute Sabine Weiss sans nostalgie.
 
Avant, tout le monde faisait de l'aquarelle, maintenant on fait de la photo
 
Et les photographes actuels ? "Ne me posez pas cette question, je ne les regarde pas", répond-elle en souriant. "Souvent, ils font un truc et ensuite ils le reproduisent."
 
Sabine Weiss  est tout aussi discrète à propos de ceux qui l'ont influencée  avant d'évoquer deux images "dont elle a mémoire" : une photo de l'Allemand Herbert List - "une cage de football vide" - et une autre des années 1900  intitulée "De retour du bal", montrant "des gens en costume devant une diligence coupée en deux".
 
Aujourd'hui, la photo est partout avec internet et les smartphones : "C'est très bien, estime-t-elle, autrefois tout le monde faisait des aquarelles, maintenant tout le monde fait de la photo."
Sabine Weiss, Chez Dior, 1958

Sabine Weiss, Chez Dior, 1958

© Sabine Weiss
 
Outre l'exposition, le Salon de la photo a demandé à neuf photographes de réaliser un cliché inspiré par une image de Sabine Weiss. Philippe Guionie a ainsi photographié la fille d'une petite Egytienne au sourire éclatant que la photographe avait saisie à Louxor en 1983 et devenue l'une de ses photos les plus connues. Le Salon présente aussi un film inédit de Stéphanie Grosjean sur une vie dédiée à la photographie.

"Chère Sabine", hommage du Salon de la photo à Sabine Weiss, jusqu'au lundi 17 novembre 2014
Jeudi 13, vendredi 14 et dimanche 16 novembre : 10h-19h
Samedi 15 novembre : 9h-19h
Lundi 17 novembre : 10h-18h