Revivre le Front populaire avec les grands noms de la photographie à l'Hôtel de Ville de Paris

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 08/06/2016 à 12H05
Fête du Front populaire. Stade Buffalo, Montrouge, 14 juin 1936

Fête du Front populaire. Stade Buffalo, Montrouge, 14 juin 1936

© Gaston Paris / Roger-Viollet

Il y a 80 ans, juin 1936, notre pays connaissait des heures agitées. Au lendemain de la victoire du Front Populaire, les usines étaient occupées et les grèves se multipliaient. Des événements immortalisés par Henri Cartier Bresson, Robert Doisneau ou encore Willy Ronis... Leurs photos sont aujourd'hui exposées à l'Hôtel de ville de Paris, jusqu'au 23 juillet 2016.

Reportage : Daniel Wolfromm, Daniel Levy, Yves Rullière


De jeunes photographes immortalisent l'histoire 

À 20 ou 30 ans, munis de leur appareil photo, Robert Capa, Henri Cartier-Bresson, Chim, Robert Doisneau ou encore Willy Ronis, alors jeunes et inconnus, saisissent le Paris des années trente pour illustrer journaux et magazines. En 1936, avec le Front populaire et le mouvement de grèves le plus important jamais connu en France, cette nouvelle génération prend son essor. Elle sillonne la capitale et capte ces moments historiques, profitant de l’opportunité de la demande croissante de la presse magazine en plein développement.

Une parenthèse exceptionnelle 

Dans un parcours chronologique, l'exposition chemine à travers le contexte politique, économique, social et culturel des années 1934-1935, et se focalise sur la victoire électorale du Front populaire, les grèves sur le tas et l'enthousiasme que procurent les acquis sociaux du printemps et de l'été 1936 : les vacances à la mer, la vie au grand air, les sorties au cinéma et des soirées au music-hall passées avec Joséphine Baker ou Mistinguett.

Viennent ensuite les années 1936-1939 marquées par un contexte conflictuel en Europe, entre tragédie espagnole et amorce de la Seconde Guerre mondiale. Cette exposition grand public met en lumière ces instants d’histoire et présente en complément affiches, journaux, magazines, extraits sonores et de films d’époque. Ce sont ainsi plus de 400 œuvres qui sont proposées au fil de cette exposition où images mythiques et explications historiques font bon ménage.