Rencontres d’Arles: les talents de l’école supérieure de photo à l’honneur

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 23/03/2012 à 11H13
Valérie Jouve, Sans titre, Les personnages avec Um' Hassan, 2011-12

Valérie Jouve, Sans titre, Les personnages avec Um' Hassan, 2011-12

© Sophie Jouve - Rencontres Arles

La 43e édition des Rencontres photographiques d’Arles mettra l’accent sur les talents révélés par l’Ecole nationale supérieure de photographie au cours des trente dernières années, a annoncé jeudi Jean-Noël Jeanneney, le président du grand rendez-vous français de la photo qui a lieu tous les étés à partir de la première semaine de juillet. 25 photographes qui en sont issus seront exposés, dont Valérie Jouve

"Nous allons faire du patriotisme sans arrogance", a-t-il lors d'une conférence de presse de présentation de cette nouvelle édition qui aura lieu du 2 juillet au 23 septembre.

François Hébel, directeur des Rencontres, a estimé qu'il "était temps d'évaluer" le travail de cette école, créée à Arles en 1982. L’ENSP, est "le plus petit et le moins cher des grands projets du président François Mitterrand", a-t-il souligné.  "L'édition 2012 des Rencontres d'Arles lui est entièrement consacrée", a-t-il ajouté.

"Alors qu'une surenchère du marché accorde des sommes vertigineuses aux anciens élèves de l'école de Düsseldorf (Andreas Gursky, Thomas Ruff, Candida  Höfer...) ou de Yale (Gregory Crewdson...), que l'école anglaise est reconnue comme un mouvement informel dont Martin Parr serait le leader, on est en droit  de s'interroger sur ce que sont devenus" les 674 diplômés arlésiens, souligne François Hébel.

Bruno Serralongue, Cérémonie d'indépendance, Mausolée du Dr John Garang, Juba, 9 juillet 2011

Bruno Serralongue, Cérémonie d'indépendance, Mausolée du Dr John Garang, Juba, 9 juillet 2011

© Bruno Serralongue, Courtesy of Giasco Bertoli - Rencontres Arles

Un feu d'artifices de styles et de talents
"Il en résulte un feu d'artifice de styles et de talents pour les photographes et de réels points de vue stimulants de la part de ceux qui sont devenus commissaires d'exposition", ajoute-t-il. "Si seuls quelques noms sont repérés du public, tous méritent une reconnaissance à part entière",  estime-t-il.

Seront donc exposés 25 anciens élèves de l’école, dont Grégoire Alexandre, Bruno Serralongue, Tadashi Ono (né au Japon), Brigitte Bauer (née en Allemagne), Jean-Louis Tornato…

Parmi eux, Valérie Jouve, qui construit depuis les années 1990 une oeuvre photographique singulière et remarquée, qui s'attache à la présence humaine dans la ville. En 2010, elle a exposé une série d'images au Centre Pompidou, En Attente, prises dans les territoires palestiniens. Ces portraits étaient le fruit de rencontres effectuées à Naplouse et à Jérusalem-Est.

Et des commissaires d'exposition diplômés de l'ENSP présenteront des  collections, notamment les archives de la maison florentine Alinari.

Des écoles de photo étrangères également à l'honneur
Cinq dirigeants d’écoles de photo étrangères (Japon, Afrique du Sud, Finlande, USA, Royaume-Uni) seront invités à proposer chacun trois photographes pour le prix Découverte.

Josef Koudelka, Roumanie, 1968

Josef Koudelka, Roumanie, 1968

© Josef Koudelka, Avec l'aimable autorisation de l'artiste, de René Burri et de Magnum Photos - Rencontres Arles

Arles exposera une collection de photos d’Amérique latine, celle de Juan Mulder, le président de l’école de photo de Lima, qui traverse pour la première fois l’Atlantique.

A l’occasion de la réédition de « Gitans » de Josef Koudelka(ed. Delpire), une exposition racontera la genèse du livre, avec une série de vintages. Le cinéaste Amos Gitaï présentera une « exposition-installation-événement ». Klavkij Sluban et Laurent Tixador parleront des terres australes et antarctiques françaises.