Diaporama 12 photos
Par @valerieoddos Journaliste, responsable de la rubrique Expositions de Culturebox

Rencontres d'Arles 2015 : des grands noms au documentaire décalé

Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 07/07/2015 à 15H41

La photographie dialogue avec la musique, le cinéma et l'architecture aux Rencontres d'Arles 2015, les premières sous la direction de Sam Stourdzé. Deux grands artistes américains, Walker Evans et Stephen Shore sont en vedette. Et aussi des collections, du documentaire décalé, des images d'ailleurs. Au-delà de la semaine d'ouverture, 35 expositions sont à voir tout l'été (6 juillet-20 septembre).

  • Walker Evans, Anonymous
    01 /12
    Walker Evans, Anonymous
    Les Rencontres d'Arles "revisitent" l'histoire de la photographie et font découvrir le travail imprimé de Walker Evans (1903-1975), grand nom de la photographie américaine, au Musée départemental de l'Arles Antique. Pendant presque 40 ans, il a publié dans des magazines populaires où, très vite, il a pu choisir ses sujets et la mise en page de ses photos. L'exposition présente des magazines originaux et des tirages d'époque célébrant la vie quotidienne. Ici, "Labor Anonymous, Detroit, 1946, magazine Fortune. Avec l’aimable autorisation du Metropolitan Museum, New York.  
    © Rencontres Arles
  • Stephen Shore
    02 /12
    Stephen Shore
    Une rétrospective d'une autre figure emblématique de la photographie américaine, Stephen Shore (né en 1947), est à l'espace Van Gogh, avec ses séries mythiques comme "Uncommon Places" ou "American Surfaces" et aussi des oeuvres moins connues. Ici Neuvième Avenue Ouest, Amarillo, Texas, 2 octobre 1974, série Uncommon Places (Lieux hors du commun). Avec l’aimable autorisation de l’artiste et de la 303 Gallery à New York
    © Rencontres Arles
  • Matthieu Chedid rencontre Martin Parr
    03 /12
    Matthieu Chedid rencontre Martin Parr
    Le musicien français Matthieu Chedid rencontre le photographe Britannique Martin Parr, un habitué d'Arles, pour une exposition qui mêle sons et images à l'église des Frères-Prêcheurs. Ici, "Bal de fin d'année du Clare College, Cambridge, Angleterre", Série Luxury, 2005. Avec l'aimable autorisation de Martin Parr / Magnum Photos - Kamel Mennour
    © Rencontres Arles
  • Total Records ou la photo et les pochettes de vinyles
    04 /12
    Total Records ou la photo et les pochettes de vinyles
    Illustration, expérimentation visuelle, oeuvre d'art, le disque vinyle est depuis le début associé à la photographie. La grande aventure des pochettes de disques photographiques à l'atelier des Forges. Ici, Boz Scaggs, "Middle Man", Columbia FC 36106, États-Unis, 1980. Photographie de Guy Bourdin. Avec l’aimable autorisation de The Guy Bourdin Estate, 2015.
    © Rencontres Arles
  • Sandro Miller rend hommage aux maîtres avec John Malkovich
    05 /12
    Sandro Miller rend hommage aux maîtres avec John Malkovich
    Sandro Miller a voulu rendre hommage aux photographes qui l'ont marqué en pastichant quelques images cultes, pour lesquelles il fait poser John Malkovich. L'acteur prend ainsi les traits du Che Guevara d'Alberto Korda, à l'Albert Einstein d'Arthur Sasse, aux jumelles de Diane Arbus, à la "Migrant Mother" de Dorothea Lange (à l'abbaye de Montmajour). Ici, Pierre et Gilles / Jean-Paul Gaultier (1990) 2014. Avec l'aimable autorisation de l'artiste et de la Catherine Edelman Gallery, Chicago
    © Rencontres Arles
  • Fellini, 8½ couleur
    06 /12
    Fellini, 8½ couleur
    "8½" de Fellini avait été immortalisé en noir et blanc par Paul Ronald. Mais le photographe de plateau avait chargé un deuxième appareil en couleur. C'est sous un jour nouveau que, grâce à ces images oubliées, on découvre à l'abbaye de Montmajour les décors et les costumes de ce film mythique, ses acteurs, Anouk Aimée, Claudia Cardinale, Marcello Mastroianni, et l'ambiance du tournage. Ici, Marcello Mastroianni
    © Paul Ronald / Archivio Storico del Cinema / AFE © Rencontres Arles
  • Las Vegas Studio : archives de Robert Venturi et Denise Scott Brown
    07 /12
    Las Vegas Studio : archives de Robert Venturi et Denise Scott Brown
    Les architectes Robert Venturi et Denise Scott Brown ont utilisé la photographie à l'appui de leur ouvrage théorique "Learning from Las Vegas" (1972), dans lequel ils analysent l'architecture ludique, commerciale et populaire. Les clichés ont été isolés de leur contexte théorique, pour mettre en évidence leur caractère sensationnel (à la Grande Halle du parc des Ateliers). Ici, "Big Donut Drive-in", Los Angeles, vers 1970, Avec l’aimable autorisation des artistes et de Venturi, Scott Brown and Associates, Inc., Philadelphie.
    © Rencontres Arles
  • Toon Michiels, Néons américains de jour et de nuit
    08 /12
    Toon Michiels, Néons américains de jour et de nuit
    Fasciné par les enseignes au néon des motels et restaurants le long des routes américaines, le photographe néerlandais Toon Michiels (né en 1950) les a photographiée systématiquement de jour et de nuit, avec un cadrage frontal. Exposition à l'église des Trinitaires. Ici, "Motel Desert Isle, Las Vegas, Nevada, 1979. Avec l’aimable autorisation de Luïscius.
    © Rencontres Arles
  • Martin Gusinde, L'esprit des hommes de la Terre de Feu
    09 /12
    Martin Gusinde, L'esprit des hommes de la Terre de Feu
    Au Cloître Saint-Trophime, un témoignage unique sur les sociétés indigènes de la Terre de Feu, réalisées entre 1918 et 1924 par Martin Gusinde, un missionnaire allemand, le seul ethnologue à avoir pu réaliser une étude en profondeur sur ces peuples déjà bien amoindris. Ici, "Ulen, le bouffon masculin. Son rôle est d’amuser les spectateurs du Hain. Cérémonie du Hain, rite Sel’knam, 1923. Avec l’aimable autorisation de Martin Gusinde/Anthropos Institut/Éditions Xavier Barral  
    © Rencontres Arles
  • Collections, Oser la photographie au Musée Réattu
    10 /12
    Collections, Oser la photographie au Musée Réattu
    La Maison européenne expose à la Chapelle du Méjan et à la Chapelle Saint-Laurent sa collection, construite autour de séries. Le Musée Réattu aussi présente dans ses murs une sélection de 200 oeuvres de sa collection de photographies, constituée depuis cinquante ans. "Qu'est-ce que la photographie apporte à l'art ?", s'est demandé la directrice du musée, Pascale Picard. Ici, Richard Avedon, Henry Moore, 1963, don de l'artiste 1965. Avec l'aimable autorisation de The Richard Avedon Foundation et de La parisienne de photographie.
    © Rencontres Arles
  • Le Congo d'Alex Majoli et Paolo Pellegrin
    11 /12
    Le Congo d'Alex Majoli et Paolo Pellegrin
    Pour l'écrivain congolais Alain Mabanckou, les deux photographes italiens ont su éviter les écueils du regard occidental sur l'Afrique et ont saisi son pays avec émotion. A voir au Magasin électrique. Ici 2012, "Congo". Majoli/Pellegrin/Magnum Photo. Avec l’aimable autorisation des artistes et de la Cherry Tree Gallery, Megève.
    © Rencontres Arles
  • Le "coup de foudre" de Natasha Caruana
    12 /12
    Le "coup de foudre" de Natasha Caruana
    Au chapitre des nouvelles approches du documentaire, Natasha Caruana, lauréate 2014 de la Résidence BMW au musée Nicéphore Niépce, s'interroge, grâce à la photographie, sur le "coup de foudre", un phénomène difficile à expliquer, en puisant aussi bien dans les mythes pouplaires et les enquêtes des anthropologues que dans les travaux menés en matière de neurosciences (salle Henri Comte). Ici, "Et je l'ai vue". Avec l'aimable autorisation de l'artiste
    © Rencontres Arles