Photoreporter, le festival qui produit les photographes exposés

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 02/10/2016 à 17H00
En 5 ans d'existence, Photoreporter est devenu un rendez-vous prisé du public. En 2015, il a attiré près de 30 000 visiteurs.

En 5 ans d'existence, Photoreporter est devenu un rendez-vous prisé du public. En 2015, il a attiré près de 30 000 visiteurs.

© France 3 Culturebox

La 5e édition du festival Photoreporter en Baie de Saint-Brieuc se tient jusqu’au 30 octobre à Saint-Brieuc. Une dizaine de photographes venus du monde entier exposent leurs reportages inédits réalisés pour le festival mais aussi grâce à lui. Photoreporter produit en effet les photographes qu’il expose. Une démarche rare.

Au total, ce sont dix photojournalistes (avec parmi eux un collectif  de photographes haïtiens) qui exposent leurs regards sur le monde à Saint-Brieuc. Ils ont été sélectionnés parmi 247 candidats d'une trentaine de pays. Ici, pas de thème particulier : "Le but, c'est de raconter une histoire pour montrer la complexité du monde", explique Alexandre Solacolu, codirecteur du festival.
 
Les dix photoreporters présents : Anne Ackermann (les femmes somaliennes en exil en Ouganda), Arnau Bach (l’impact de la consommation sur le paysage), Glenna Gordon (l'acceptation de la mort en Indonésie), Ed Kashi (une mystérieuse maladie du rein des agriculteurs du Skri Lanka), Kazuma Obara (l'héritage nucléaire), Ian Teh (le développement de la Chine et son impact sur l'environnement), Cris Toala Olivares (les Islandais et leurs volcans), Gaël Turine (Sutka, capitale des Roms), Paco (le sentier de randonnée GR 34) et Kolektif 2 Dimansyon (reportage à la frontière d'Haïti et de la République dominicaine).

Reportage : N. Dalaudier / L. Bonis / P. Cheval

Une démarche "militante"

Photoreporter se veut un festival laboratoire pour le photojournalisme. Pour permettre la sauvegarde de ce métier en crise, le festival a mis en place un fonds de dotation. Une quarantaine d’entreprises se sont mobilisées pour produire les reportages. Cela va du Crédit Agricole au peintre en bâtiment en passant par l'imprimeur local et les collectivités. En 5 éditions, 57 sujets ont ainsi été produits. L’an dernier, le festival avait ouvert le concept au grand public à travers une plateforme de crowdfunding, We Do Good.
 

Le "Off" Photoreporter

En marge du festival officiel se tient également un Off. Cette année, 27 expositions sont réparties sur une vingtaine de sites, commerces, restaurants, librairies... répartis dans le centre-ville de Saint-Brieuc. 
affiche Photoreporter à Saint-Brieuc © DR
Pour cette 5e édition, les expositions du "In" ont été concentrées sur le site du Port du Légué. "Une zone portuaire particulièrement intéressante", selon Marc Prüst, le directeur artistique du festival Photoreporter. "Elle nous permet de mettre en place une scénographie originale qui épouse l’architecture singulière de ce lieu".

Festival Photoreporter 
au Carré Rosengart, port du Légué, à Saint-Brieuc
jusqu'au 30 octobre 
de 10h à 19h
Entrée libre