Photoquai, c'est fini : il n'y aura pas de 6e édition

Par @valerieoddos Journaliste, responsable de la rubrique Expositions de Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 04/02/2016 à 16H09
Photoquai 2013

Photoquai 2013

© photo Valérie Oddos / Culturebox

Il n'y aura pas de sixième édition de Photoquai, la biennale de photographies du monde dont la dernière avait eu lieu en octobre-novembre dernier au bord de la Seine, en face du musée du Quai Branly à Paris. Le président du musée Stéphane Martin l'a confirmé au Figaro, invoquant des raisons budgétaires.

Depuis 2007, la première de Photoquai, des dizaines de photographes avaient été sollicités aux quatre coins du monde non occidental (l'an dernier, les artistes de la diaspora s'y étaient ajoutés) pour exposer en plein air, entre le musée du Quai Branly et la Seine.
 
Ces artistes généralement inconnus ici nous apportaient un regard original et souvent frais sur les quatre continents, en noir et blanc parfois, souvent plein de couleurs. Leurs images étaient présentées tous les deux ans à l'automne sur un dédale de grands panneaux blancs. D'abord pendant un mois, puis deux mois dès la deuxième édition. Drôles ou graves, proches du reportage ou purement artistiques, elles nous ouvraient des portes sur des mondes insoupçonnés.
Photoquai 2011, biennale de photos du monde sur le quai Branly

Photoquai 2011, biennale de photos du monde sur le quai Branly

© photo Valérie Oddos / Culturebox


Une promenade ouverte à tous

Gratuit et ouvert à tous, amateurs de photographie et promeneurs curieux, Photoquai s'était tout de suite imposé comme une grande manifestation populaire. Il accueillait 400.000 visiteurs dès 2009. Le succès ne s'était pas démenti et la cinquième édition avait battu tous les records avec plus de 530.000 visiteurs. Elle avait pourtant dû être écourtée de quatre jours en raison des attentats du vendredi 13 novembre.
 
L'édition 2015 avait rassemblé autour de la famille au sens large de réunion de personnes autour de quelque chose "qui fait sens" 40 photographes. Des travestis mexicains de Luis Arturo Aguirre à la famille argentine classe moyenne de Cecilia Reynoso à la famille de cœur du Brésilien Tiago Coelho ou aux familles cachées de la Marocaine Zara Samiry.
Photoquai 2015 ("Desvestidas", photos de Luis Arturo Aguirre)

Photoquai 2015 ("Desvestidas", photos de Luis Arturo Aguirre)

© photo Valérie Oddos / Culturebox


Photoquai n'aura plus lieu pour des raisons financières

Pourtant, Photoquai n'aura plus lieu, a annoncé le Journal des Arts. Le président du musée du Quai Branly, Stéphane Martin, a confirmé et s'en est expliqué au Figaro mercredi. "Ce fut une décision difficile. Ce projet me tenait à cœur", dit-il, en invoquant des motifs financiers : "Photoquai a été créée de manière extrabudgétaire, en faisant des économies à gauche et à droite, en s'appuyant sur des mécènes et des sponsors."
 
Il n'y a pas eu de baisse de budget, "mais Photoquai représente à elle seule un budget important de 800.000 euros. Nos expositions internes ont des coûts qui vont de 100.000 € à 1,2 million pour de grandes opérations internationales", explique-t-il.