Philippines et Favelas, Visa pour l'image accueille deux expositions de l'AFP

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 03/09/2014 à 15H33
Avril 2013. Des enfants jouent au foot dans la favela de la Cité de Dieu

Avril 2013. Des enfants jouent au foot dans la favela de la Cité de Dieu

© Christophe Simon / AFP

Le festival de photojournalisme Visa pour l'Image de Perpignan accueille jusqu’au 14 septembre 2014 deux expositions de l'AFP, l'une consacrée à la couverture du typhon Haiyan en 2013 aux Philippines, l'autre à un projet photographique avec les adolescents d'une favela de Rio.

L'originalité de l'exposition Brazil réside en ce que les photos ont été prises par de jeunes habitants de la favela pacifiée Cidade de Deus (Cité de Dieu). Christophe Simon, responsable photo de l'AFP pour le Brésil, a eu l'idée de leurs confier des appareils. 
Mené en partenariat avec l'École de photographie Lente dos Sonhos de Rio, le projet réunit les photos de 18 apprentis volontaires, âgés de 10 à 15 ans. Avec seulement trois impératifs: prendre des clichés en lien avec le football à l'approche du Mondial au Brésil, ne pas utiliser de flash et ne pas faire de photo posée.
Mai 2013. Partie de foot dans la favela de la Cité de Dieu. Photo prise par un enfant.

Mai 2013. Partie de foot dans la favela de la Cité de Dieu. Photo prise par un enfant.

© Danielo / AFP

Un ensemble d'images au cœur de la favela
"C'est un travail un peu éloigné du boulot habituel de photographe d'agence que l'on doit à l'énergie et à la générosité de Christophe Simon, le football étant la porte d'entrée pour montrer la vie des enfants de la Cité de Dieu avec des yeux innocents, loin des clichés habituels sur la violence et la drogue", explique Éric Baradat, rédacteur en chef photo à l'AFP.

Grâce aux ventes de ces photos, l'AFP proposera un autre atelier aux jeunes des favelas jusqu'aux jeux Olympiques de 2016, qui doivent se dérouler aussi au Brésil.

Les ravages du Typhon Haiyan aux Philippines 
La seconde exposition de l'agence réunit le travail de cinq reporters-photographes sur le typhon Haiyan dans l'archipel des Philippines, en novembre 2013 qui a fait 8.000 morts et disparus. Les images témoignent de l’ampleur de la catastrophe et de la détresse de ses survivants. Le 8 novembre 2013, le monde entier a les yeux rivés sur les Philippines : le typhon Haiyan vient de frapper. L’AFP a 24 heures d’avance sur la concurrence et débarque dans un environnement de fin du monde.

Ile de Leyte, côte orientale des Philippines, 11 novembre 2013. Une survivante parmi les débris.

Ile de Leyte, côte orientale des Philippines, 11 novembre 2013. Une survivante parmi les débris.

© Noel Celis / Agence France-Presse

C'est lors de cette couverture que le photographe Philippe Lopez s'était retrouvé nez-à-nez, dans un paysage de désolation, avec une petite procession religieuse d'une dizaine de personnes tenant dans leurs bras des icônes et récitant des prières. L'une de ces photos avait été récompensée par un premier prix au World Press Photo 2014.

île de Leyte, côte orientale des Philippines, 18 novembre 2013. Dix jours après le passage destructeur du super-typhon Haiyan, une procession religieuse est organisée.

île de Leyte, côte orientale des Philippines, 18 novembre 2013. Dix jours après le passage destructeur du super-typhon Haiyan, une procession religieuse est organisée.

© Philippe Lopez / Agence France-Presse

Selon les estimations des Nations unies, 13 millions de personnes ont été touchées par le super-typhon Haiyan et 1,9 million ont perdu leur maison.

Retrouvez le programme de Visa pour l'Image