Paris dans l'objectif de Martin Parr à la MEP

Par @valerieoddos Journaliste, responsable de la rubrique Expositions de Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 25/03/2014 à 18H31
Martin Parr. Paris. Le Louvre. 2012 ©

Martin Parr. Paris. Le Louvre. 2012 ©

© Martin Parr / Magnum Photos / Galerie kamel mennour

Après Ralph Gibson, Mimmo Jodice ou Bruce Davidson, c'est à Martin Parr que la Maison européenne de la photographie a donné carte blanche pour nous livrer sa vision de Paris. Pendant 2 ans, le photographe britannique a posé son regard ironique chez nous, de Notre-Dame à la Goutte d'Or. Résultat, 60 images colorées et décalées qui sont exposées à la MEP à partir de mercredi (jusqu'au 25 mai 2014)

On vous le dit tout de suite, ne vous attendez pas à voir les vrais Parisiens dans leur vie quotidienne. Martin Parr a beaucoup photographié les touristes et les lieux touristiques, ou des évènements qui attirent les foules.
 
Il se défend, d'ailleurs, de faire un portrait objectif de Paris : "On sait tous que c'est très subjectif et très partiel." Et puis "le tourisme est une part intégrante de la vie économique parisienne", fait-il remarquer. Sans les touristes, que serait Paris, où selon lui "la moitié des restaurants sont pour les touristes", des restaurants que les Parisiens évitent, parce qu'ils sont un peu "snobby" par rapport aux touristes.
Martin Parr. Paris. Le Louvre. 2012

Martin Parr. Paris. Le Louvre. 2012

© Martin Parr / Magnum Photos / Galerie kamel mennour
 
Une foule de smartphones au Louvre
 
"Je viens beaucoup à Paris. J'y suis toujours un touriste mais je commence à bien connaître la ville", dit-il. Martin Parr a choisi six ou sept lieux ou événements où il a passé trois à cinq jours à chaque fois.
 
Au Louvre, il photographie une armée de smartphones dressés face à la Joconde. Les regards passent forcément par l'appareil photo. "Le Louvre, l'été, c'est dingue", dit-il. "On ne peut pas bouger, avec tous ces photographes, alors j'ai fait comme eux", ironise-t-il.
 
Martin Parr photographie souvent des gens qui regardent, des touristes qui cherchent dans un plan, qui scrutent Paris du haut de Notre-Dame, derrière une grille. La Tour Eiffel se décline en chapelets, multicolores et scintillantes.
Martin Parr. Paris. 2012

Martin Parr. Paris. 2012

© Martin Parr / Magnum Photos / Galerie kamel mennour
 
Martin Parr, un curieux qui prend du bon temps
 
Martin Parr parle de son plaisir à photographier. Ca lui plait, l'idée qu'on lui passe une commande : "Le monde est étrange, la vie est drôle et je suis content de voir qu'elle est drôle aussi à Paris." Il y a toujours moyen de trouver quelque chose, "tout est là devant moi, et tout m'intéresse". Il fait beaucoup, beaucoup de photos, environ 500 par jour, en numérique, parce que "la plupart sont à mettre à la poubelle", et avec le numérique, c'est beaucoup plus facile d'en prendre encore plus à mettre à la poubelle.
 
Il ne faut pas trop lui poser de questions sur ses motivations. Les Français ont toujours tendance à intellectualiser les choses, remarque-t-il. "Je suis une personne curieuse. Je suis juste là à photographier et à prendre du bon temps." Il aime particulièrement photographier les foules et il aime les gros événements, "intenses", comme le Salon de l'Agriculture (assez "dingue", lui aussi), avec les enfants qui regardent les vaches, et les restaurants de produits du terroir, qui l'ont beaucoup amusé : "C'est surréaliste, à 12h10 c'est complet, on ne peut plus trouver une place."
Martin Parr. Paris. Notre Dame. 2012

Martin Parr. Paris. Notre Dame. 2012

© Martin Parr / Magnum Photos / Galerie kamel mennour
  
De Paris Plage au salon du Bourget
 
Dans la veine de son travail sur les plages du monde entier, Martin Parr est allé, bien sûr, à Paris Plage, où il a trouvé des Parisiens allongés au bord de l'eau, des boulistes et des cours de tai-chi.
 
Un évènement qui semble l'avoir particulièrement intéressé, c'est le salon aéronautique du Bourget, avec tous ces gens qui regardent en l'air. L'aéronautique est un vestige de l'industrie française, se moque-t-il. "Je regrette le déclin industriel", sourit-il, rappelant son travail sur le "Black Country" dans le nord de l'Angleterre sinistré. "Là, je suis très positif", faisant tout de même remarquer que, au salon, on a surtout affaire à un business de défense : "Plus il y a de bombes et plus ils mettent de fleurs pour les rendre acceptables."
Martin Parr. Paris. 1997

Martin Parr. Paris. 1997

© Martin Parr / Magnum Photos / Galerie kamel mennour
 
Un béret et des escargots
 
Une Asiatique voilée de blanc se protège du soleil avec un parapluie rose et des lunettes noires, devant un panneau "Let's Shop Airbus". Une commerciale ajuste son collant sous une aile d'avion, et, au Bourget aussi, on regarde beaucoup avec un appareil photo.
 
Il faut bien un petit cliché, on aura un béret : il coiffe une tête à nuque épaisse, en gros plan et de dos. Et puis un peu plus loin, des escargots trônent sur une assiette.
 
Pour sortir du Paris touristique, Martin Parr montre quelques images de la Goutte-d'Or, tirées d'un travail qu'il avait exposé en 2011 à l'Institut des Cultures d'Islam. La mosquée déborde sur la rue pour la prière du vendredi. Le hall d'un petit hôtel, dont les murs roses et la porte verte ont plu à Martin Parr, affiche complet et ça tombe bien, on n'a pas très envie d'entrer à la vue du gros berger allemand qui nous y accueille.
Martin Parr. Paris. La Goutte d'Or. Prière dans la rue. 2011

Martin Parr. Paris. La Goutte d'Or. Prière dans la rue. 2011

© Martin Parr / Magnum Photos / Galerie kamel mennour
 
Martin Parr, Paris, Maison européenne de la photographie, 5/7 rue de Fourcy, 75004 Paris
Tous les jours sauf lundi, mardi et jours fériés, 11h-20h
Tarifs : 8€ / 4,5€, gratuit pour tous le mercredi de 17h à 20h
 
Du 26 mars au 25 mai 2014