Mort de Wilhelm Brasse, ancien prisonnier et photographe d'Auschwitz

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 24/10/2012 à 12H47
Wilhelm Brasse chez lui à Zywiec, devant quelques unes de ses photos (25/01/2009)

Wilhelm Brasse chez lui à Zywiec, devant quelques unes de ses photos (25/01/2009)

© Bartek Wrzesniowski / AFP

Sur ordre des autorités, Wilhelm Brasse, ancien détenu du camp d'extermination nazi d'Auschwitz-Birkenau, avait pris en photo des dizaines de milliers de ses compagnons. Il s'est éteint mardi à 95 ans à Zywiec, dans le sud de la Pologne, a indiqué à l'AFP Pawel Sawicki, un porte-parole du musée d'Auschwitz.

Wilhelm Brasse a également fourni des documents sur les expérimentations pseudo-médicales du docteur Josef Mengele et d'Eduard Wirths, médecin en chef SS d'Auschwitz-Birkenau.

Né le 3 décembre 1917, il a travaillé dans sa jeunesse comme photographe dans le sud de la Pologne. Après le début de la Seconde Guerre mondiale, malgré ses origines autrichiennes, il a refusé de signer la "Volksliste", signifiant le ralliement à l'occupant allemand, et a rejoint l'armée polonaise. Arrêté par les Allemands lors d'une tentative de passage de la frontière hongroise en 1940, il a été envoyé dans le camp d'Auschwitz-Birkenau. Il y reçoit le numéro de prisonnier 3.444.


Trailer d'un documentaire, "Le Portraitiste", consacré à Wilhelm Brasse (2005)


En janvier 1941, sur l'ordre de Rudolf Höss, le commandant du camp d'Auschwitz où furent exterminées environ 1,1 million de personnes, dont un million de Juifs, une cellule d'identification de prisonniers, la Erkennungsdienst, est créée. Brasse y est affecté dès février avec sept autres détenus. Leur travail consistait surtout à prendre en photo les nouveaux prisonniers.

"Sauf ceux envoyés directement dans les chambres à gaz", a-t-il déclaré à l'AFP en 2009. "En une nuit, on m'a ordonné de photographier 1.100 déportés du camp de Drancy en France", a-t-il alors ajouté. "J'étais le seul photographe professionnel de l'unité. Les Allemands avaient besoin de moi et cela m'a permis de survivre." Le musée du camp conserve quelque 39.000 photos dont Brasse est l'auteur.

Ses geôliers lui ordonnent de détruire toutes les photos
Le 17 janvier 1945, à l'approche de l'Armée Rouge, on lui a ordonné de tout détruire. Le photographe a tout de même réussi à sauver une partie des négatifs. Après l'évacuation du camp, il fut envoyé dans les camps de Mauthausen, de Melk et d'Ebensee en Autriche où il fut libéré par les troupes américaines.


Wilhelm Brasse n'a plus retouché à une caméra après la guerre. Il sera inhumé dans le cimetière de Zywiec.

Un million de Juifs européens ont été tués dans le camp nazi d'Auschwitz-Birkenau, devenu le symbole de l'Holocauste. Entre 70.000 et 75.000 Polonais non juifs y ont également péri, ainsi que 21.000 Roms, 15.000 prisonniers de guerre soviétiques et 10.000 à 15.000 autres prisonniers, dont des résistants, selon les données du musée du camp.