Max Tchung-Ming : des photos pour dépasser les clichés

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 15/03/2016 à 11H47
Eric N, proviseur adjoint (détail)

Eric N, proviseur adjoint (détail)

© Max Tchung-Ming

"C'est (pas) marqué sur mon front" est une exposition de photographies de Max Tchung-Ming au Centre Interculturel de Documentation de Nantes. L'artiste y monte de très beaux portraits noir et blanc grand format d'hommes et de femmes. Ils ont en commun d'être noirs et de porter au front, discrètement, leur identité et leur métier. Autant d'arguments contre les préjugés et les idées toutes faites.

Max Tchung-Ming, "artiste polymorphe, libre et engagé" qui se fait aussi appeler "Chinois hors-série" ou "Max Choungflingue" est chef d'établissement à Nantes, il est aussi un photographe portraitiste d'exception. Il expose au Centre Interculturel de Documentation de Nantes, "C'est (pas) marqué sur mon front" une série de photographies qu'il avait déjà proposée à Ris-Orangis.

Ses portraits grand format montrent des visages d'hommes et de femmes. Il pourrait ne s'agir que de ça sans l'inscription discrète que chacun porte au front : son prénom, l'initiale de son nom et sa profession. Juste une nuance portée en très léger contraste, comme un bronzage imparfait qui donnerait une information.

Sonia K est avocate, y lit-on, et Gaston K écrivain, Eric N proviseur adjoint... En dehors d'avoir posé pour Tchung-Ming, tous les modèles ont en commun d'avoir la peau noire. Les photos sont toutes prises sous le même angle, à la même distance et les peaux ne sont pas retouchées, aucune trace de leur histoire n'a été supprimée, aucune imperfection n'a été gommée.

Reportage : W. Toula / JP Brénuchon / S. Boismain

Pas des contre-exemples

Cette série photographique interpelle le visiteur ou le spectateur. Le met, en tout cas pour celui qui ne partage pas les origines des modèles, face à ses propres clichés, ses préjugés, ses idées toutes faites et souvent mal faites. Ces hommes et ces femmes ne sont pas des contre-exemples. Ils ne sont pas les Sydney Poitier du cinéma des années 60, la glorieuse exception, le seul acteur noir à jouer alors des premiers rôles. Ces hommes et ces femmes sont à leur place par leur talent et leur savoir-faire, ni à cause ni malgré la couleur de leur peau, même si rien d 'autre n'est dit de leur parcours ou de leurs difficultés.

Hélène M, Directrice de gestion

Hélène M, Directrice de gestion

© Max Tchung-Ming

Inscription sur la peau

Le photographe oblige celui qui regarde à se rapprocher de ces visages, de ces regards souvent pénétrants pour lire les informations qu'ils portent sur le front. Il impose une proximité. Reste que cette inscription sur la peau renvoie, et ce n'est sans doute pas innocent, à la période de l'esclavage, quand des êtres humains marquaient au fer rouge d'autres êtres humains. Aujourd'hui, chacun de ces citoyens et citoyennes de France regarde droit dans les yeux de ce semblable qui se trouve face à son portrait et semble lui dire simplement, sans fierté outrancière ni revendication explicite : "je suis celui, je suis celle, qui porte ce nom et je pratique ce métier".
                                     
Sonia K avocate

Sonia K avocate

© Max Chung-Ming