Marilyn Monroe dans l'oeil des photographes

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 22/10/2016 à 16H13
Marilyn Monroe, photographiée en 1953

Marilyn Monroe, photographiée en 1953

© 20th Century Fox/ FRANK POWOLNY / KOBAL / THE PICTURE DESK

Marilyn Monroe reste, plus de 50 ans après sa mort, une icone. La star absolue, certainement la plus photographiée dans l'histoire du cinéma. C'est cette relation particulière entre Marilyn et les photographes qui est mise en avant dans l’exposition "Marylin - I wanna be loved by you", présentée à Aix-en-Provence jusqu’au 1er mai 2017. Une soixantaine de photos sont à découvrir.

L'exposition présentée à l'Hôtel de Caumont - centre d'art d'Aix-en-Provence, très justement appelée " Marilyn - I wanna be loved by you", nous rappelle que Marilyn n'était pas seulement une icone de papier glacé. Femme-enfant, forte et fragile à la fois, brillante, libre, elle a constamment été tiraillée entre l'image qu'Hollywood a voulu renvoyer d'elle et sa personnalité réelle, beaucoup plus complexe. Et lorsqu'elle est photographiée par les plus grands professionnels de l'époque, on découvre plus de Norma Jeane Baker que de Marilyn. La plupart des clichés présentés proviennent de collections privées et ont été pris entre 1949 et 1962, année de sa mort. 

Reportage : France 3 Provence-Alpes / J. Bertrand / A. Poitevin / B. Joubert
Mannequin, pin-up, actrice...toute sa vie Marilyn Monroe a joué avec les photographes. La jeune femme, qui a connu une enfance très difficile, rêve de gloire et comprend vite que plus elle s'exposera au regard des autres, plus elle sera connue. Une manière de chercher l'amour des autres, elle qui aura tant souffert de ce manque étant enfant. Elle est passée devant l'objectif des plus grands, Milton Greene, Cecil Beaton, Sam Shaw, George Barris, Bert Stern....une relation particulière s'est nouée entre la star et ces professionnels de l'image. Une relation phare dans la construction du mythe Marilyn Monroe. 

L'exposition illustre la façon dont elle a utilisé la photographie tout au long de sa carrière pour proposer une image d'elle plus complexe que celle qu'Hollywood a construit, celle de la blonde un peu gourde et très sexy.

Sylvie Lecallier Commissaire de l'exposition