"Ma France en Photo" : Paris-Match invite chacun à participer

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 11/07/2014 à 20H19
"Tous photographes"... même Robin Williams.

"Tous photographes"... même Robin Williams.

© Roy Letkey / Express Syndication / MaxPPP

A quoi ressemble la France d'aujourd'hui ? Paris Match lance un appel à tous les photographes de France, amateurs ou professionnels, pour qu'ils lui envoient du 12 au 14 juillet une photo de leur choix illustrant "leur" pays. L'idée ? Créer le plus grand album photo de la France de 2014.

Liberté du sujet et du regard

Le magazine s'attend à recevoir des centaines de milliers de clichés, qui seront tous rassemblés dans un immense album photo sur un site baptisé "Ma France en photo", avec pour slogan "Tous photographes".
   
"Le sujet est totalement libre", explique le directeur de la rédaction de Paris Match Olivier Royant, qui espère que "dans 50 ans, on pourra dire : voilà ce qu'était la France en 2014".
   
Il s'agit d'une première pour Paris Match, le magazine phare de la photo imprimée, dont les ventes restent très élevées (575.000 exemplaires par semaine en 2013), malgré une baisse de 6%. L'opération compte plusieurs partenaires ou associés (France Télévisions, CNRS, AFP, Visa pour l'Image, EDF...)
   
"Aurons-nous 100.000 photos ? Un million ? Nous ne savons pas. Nous aurons sûrement des selfies et de beaux paysages, mais aussi la France des hôpitaux, des sauveteurs en mer, des prisons... D'autant que beaucoup de photojournalistes professionnels participeront aussi à l'opération".
   
Il sera possible de rechercher sur le site des photos par région et par thème. Le magazine s'est organisé pour que ses serveurs puissent recevoir 24 images par seconde.
"Ma France en photo" : l'affiche de l'opération de Paris Match.

"Ma France en photo" : l'affiche de l'opération de Paris Match.

© DR
   
La photo, "une passion nationale"

"70% à 80% des français ont un appareil photo, la France est le pays de la photo, c'est une passion nationale", remarque Olivier Royant. "Même s'ils sont bombardés de vidéos, les Français gardent une passion pour l'image fixe. On ne souvient pas d'une vidéo, mais on se rappelle d'une image".
   
"Malgré le foisonnement des images dans tous les médias, il n'a jamais été aussi difficile d'être photojournaliste car peu de médias publient leurs photos. Beaucoup d'agences photos ont disparu ces dernières années. Financer un reportage photo peut coûter 5.000 à 10.000 euros. La tendance est de privilégier les photographes sur place, avec le risque d'une uniformisation du regard et d'avoir les mêmes images dans tous les médias", souligne-t-il